Achats de smartphones : Les Marocains ont dépensé près de 2 milliards de DH en trois mois

Durant le 2e trimestre 2019, le chiffre d’affaires réalisé par les distributeurs et revendeurs est de 1,86 milliard de dirhams. Les marques de renommée se disputent le créneau premium qui représente 25% du marché.

Le marché de la téléphonie est toujours en croissance. D’après le cabinet d’études GFK, le chiffre d’affaires réalisé, grâce aux ventes de téléphones, par les différents distributeurs et revendeurs est de 1,86 milliard de dirhams durant le 2e trimestre 2019. Cela correspond à une croissance de 1,8% par rapport à la même période 2018. «Globalement le marché de la téléphonie se porte très bien avec une forte dynamique des ventes poussée par une offre très diversifiée», déclare un responsable chez GFK.

L’arrivée de marques chinoises, depuis quelques années, a bouleversé le marché en tirant les prix vers le bas. D’après le cabinet, la fourchette de prix située entre 100 et 250 dollars (970 et 2425 DH) est désormais la plus dynamique du marché. Oppo, Huawei, Infinix, Xiaomi, Itel et Tecno Telecom…, gagnent des parts de marché aux dépens du constructeur sud-coréen Samsung bien que toujours leader du marché.

«Les marques chinoises se positionnent désormais dans la fourchette de prix inférieure à 1500 DH, qui accapare 35% de la demande du marché. Pour se positionner sur ce créneau, nous avons mis sur le marché le Samsung A10 (muni de 3 caméras) à un prix de 1490 DH. D’ailleurs, la concurrence chinoise a surtout permis de démocratiser la technologie et d’accélérer la migration du feature phone vers le smartphone», déclare Ayoub Basaid, chef du département mobile chez Samsung. Selon le responsable chez GFK, les smartphones représentent plus de 90% des ventes en volume par rapport aux features phones. Certaines marques de l’Empire du Milieu se réjouissent de leur performance dans le marché marocain. «Après une année 2018 spectaculaire, il s’avère que 2019 est notre meilleure année au Maroc. Nous avons maintenu notre position de second constructeur mondial et local», remarque Yassine El Khabbaz, responsable RP, marketing et digital chez Huawei Mobile. Malgré les remous de la marque chinoise menacée d’embargo américain à cause des accusations d’espionnage, Huawei semble s’en être sortie indemne, du moins au Maroc. En début d’année, les Etats-Unis avaient menacé de la priver d’utiliser les technologies américaines (licence Android accordée par Google) dans ses smartphones.
Ce qui aurait pu inciter ses clients au recours à d’autres marques. Le résultat était inverse.

Une démocratisation de la technologie grâce aux chinoises

«Sur le premier semestre 2019, nous avons réussi une croissance en termes de ventes d’unités de 352% comparé à la même période en 2018. D’après le rapport de GfK POS Measurement, Huawei a augmenté sa part de marché basée sur les unités de vente de smartphones au Maroc de 15,8% en janvier 2019 à 20,3% en avril 2019», dit non sans fierté M. El Khabbaz. Les smartphones les mieux vendus par la marque sont situés dans une fourchette comprise entre 2599 dirhams et 3 199 DH. Le P30 Pro, smartphone haut de gamme bien vendu par la marque, est pour sa part commercialisé à 9 999 DH.

Cette fourchette premium (supérieure à 6 000 DH voire 8 000 DH) intéresse particulièrement les marques. Elle représente 25% des ventes totales du marché. Pour mieux se positionner sur ce créneau, Samsung vient de mettre sur le marché le Galaxy Note 10. «Nous proposons un crédit gratuit avec plusieurs enseignes et une montre Active Watch pour tout achat de Note 10+», assure M. Basaid. Tous les moyens sont bons pour fidéliser la clientèle. La marque sud-coréenne propose une garantie casse d’écran pendant 6 mois sur chaque téléphone.

L’achat-reprise de vieux téléphones est également disponible chez la marque depuis un an et demi. Il suffit au client de payer la différence. Résultat: Samsung s’enorgueillit de sa performance au Maroc. En somme, elle détient 25 millions d’utilisateurs Galaxy dans le Royaume. Les nouveaux entrants sur le marché se battent, bon an mal an, sur le créneau des smartphones à bas prix. A titre d’exemple, la marque chinoise itel a dévoilé sa série de selfie-phones S15 (caméra16 MP) à 749 DH et S15 Pro à 899 DH.

La bataille sur le premium enclenchée

Cette fourchette de prix n’existait pas jusque-là au Maroc dans la catégorie smartphone. Dans un marché de plus en plus agressif, les canaux de commercialisation se réinventent aussi. Le réseau moderne commence à prendre des parts de marché grâce aux offres de crédit gratuit pour l’achat de téléphones, notamment par le biais de Marjane et d’Electroplanet. Il représente aujourd’hui 20% du circuit. Le canal traditionnel, investi d’ailleurs par les marques elles-mêmes à travers des stores dédiés, a vu sa part chuter pour atteindre 60% du marché (80% auparavant). Moins populaire parmi la clientèle abonnée qu’auparavant, le canal des opérateurs télécoms ne détient plus que 20% du marché. Et pour cause, les téléphones y sont plus chers que chez un revendeur. D’après le cabinet GFK, les ventes de la téléphonie mobile vont continuer sur leur lancée positive. «Le marché des smartphones a été très dynamique durant les trois dernières années. Au vu de la dynamique actuelle (lancement de téléphones, arrivée de nouvelles marques, prix de plus en plus bas), nous restons optimistes quant à l’avenir de cette catégorie qui continuera à croître jusqu’à la fin de l’année», résume le responsable de GFK.