Reportage au sein de l’école 1337 de Ben Guérir

Début avril 2019, le groupe OCP a lancé le deuxième campus de son école 1337, à Ben Guérir, le premier étant basé à Khouribga. Une ouverture faisant suite à la forte demande des jeunes à la recherche d’un nouveau départ.

« Ce que j’ai appris ici, en moins d’un mois, est énorme par rapport à ce que je pourrai apprendre ailleurs, en 4 mois « , nous dit avec enthousiasme Hajar Madad. Elle est à sa troisième semaine du concours d’accès au nouveau campus de 1337 de Ben Guérir, le nouveau-né du groupe OCP.

Ce campus, de trois étages et doté de deux clusters équipés de 300 ordinateurs, fonctionne jour et nuit, sans arrêt. « L’ouverture du campus de Ben Guérir a été faite pour répondre à la très forte demande des jeunes« , nous déclare Yassir Boux, membre du staff pédagogique.

A lire aussi : 1337, l’école de toutes les possibilités

Pour faire un premier pas dans 1337, il faut réussir un test en ligne, disponible sur le site de l’école. Ce n’est qu’une condition préalable. Car, parmi les milliers de personnes qui réussissent le test, seuls 300 personnes seront prises pour passer un concours d’un mois ».

En effet, pour garantir une place lors du concours, il faut se présenter à l’école, dans le plus brefs délais, pour un checking, après une annonce de l’école. « C’est selon le principe du premier arrivé, premier servi », nous explique-t-on du côté de 1337.

A lire aussi : L’école 1337 réunit les meilleurs talents du codage 

Dans la « piscine », appellation donnée au concours, ils sont à présent 300 élèves, âgés de 18 à 30 ans. Le temps de passer ce concours, l’école se charge de les nourrir et les loger, gratuitement. Ces jeunes sont, pour la majorité, de quatre villes : Casablanca, Marrakech, Agadir et Ben Guérir.

Le checking, s’offrir un nouveau départ

Le checking “nous permet d’expliquer les principes de l’école et répondre à toutes les interrogations des candidats”, nous dit Yassir Boux. C’est lors de cette étape qu’ils doivent faire un choix décisif : plonger dans la piscine ou pas. « On nous demande, parfois, s’il faut abandonner le cursus scolaire pour intégrer 1337. Nous répondons que c’est à eux de décider. Nous n’obligeons personne à abandonner sa scolarité ou son travail pour intégrer le campus », ajoute-t-il.

Bon nombre de jeunes ont, lors du checking, décidé d’un « nouveau départ ». C’est le cas de Mehdi Bounia, 20 ans, élève du campus de Khouribga, que le staff a sollicité pour un coup de main à Ben Guérir.

Assumant fièrement sa décision, il en témoigne : « je n’avais pas réussi mon bac, la même année que l’ouverture du campus de 1337 à Khouribga. J’avais passé le test sur le site, et décidé d’abandonner l’école pour passer le concours ». Et d’expliquer ce choix, qui n’est pas sans risque : « Je m’intéresse à la programmation depuis mes 11 ans. Mon échec à l’école réside dans le fait que je suis incapable de m’adapter à un système où l’information est déjà prête. C’est à moi de creuser pour avoir les informations dont j’ai besoin ».

Ce changement d’itinéraire, Hajar madad, 20 ans, native d’Agadir, le souhaite aussi. « Je suis titulaire d’un baccalauréat en sciences de la vie et de la terre. Ce n’est pas ce que je veux. C’est la programmation qui m’intéresse », nous dit-elle.

La piscine, un concours d’un mois

Une fois la décision est prise lors du checking, commence alors le concours. Objectif : faire partie de ceux qui bénéficieront d’une formation dans le domaine de l’informatique, sur trois ans. Pour y parvenir, il n’y a qu’un seul chemin : travailler.

Des projets à rendre, des examens, des recherches et de la collaboration, etc., sont au programme du concours. Les élèves apprennent par eux-mêmes, de manière individuelle et en groupe. Partager les informations et corriger les erreurs des autres sont, en somme, la devise de 1337.

Travailler en groupe n’est pas un choix, c’est une obligation. « Pour garantir le fonctionnement de cette méthode de travail, c’est la note la plus faible d’un membre, qui est prise pour tout le groupe. Ce qui fait que tous les membres travaillent ensemble et s’entraident, pour évoluer ensemble », nous explique-t-on.

Ainsi, outre les compétences techniques, les élèves développent le sens de l’autonomie et l’esprit de la responsabilité.

« Nous n’avons que 28 jours, c’est peu, alors que nous avons beaucoup de choses à apprendre”, nous explique Hajar Madad, stressée, à une heure du début d’un examen.

Qu’ils soient dans la salle de détente ou au cluster, les élèves ne sont préoccupés que par comment réussir les projets. « Mon arrivée au campus a changé ma vie à 360 degrés », résume ainsi Hajar Madad sa nouvelle vie à 1337 Ben Guérir.

Passé par cette phase au campus de Khouribga, Mehdi Bounia nous a expliqué que « la piscine est, surtout, un aperçu de ce qui va suivre à l’école après le concours. Sur ce mois du concours, il faut fournir le maximum d’effort ». Cet effort est inconditionnel, car les élèves qui passent le concours, tous, ignorent les critères à remplir pour passer au niveau suivant.

L’algorithme secret

En effet, c’est un algorithme qui sélectionne les élèves à l’issue du concours. « Nous n’en parlons jamais », nous dit Yassir Boux, membre du staff pédagogique de l’école.

La raison est bien simple : « nous ne voulons pas que les élèves soient influencés par  tel ou tel critère », justifie-t-il. Objectif : évaluer les élèves, à l’état naturel. Yassir Boux poursuit : “nous ne voulons pas des acteurs. Par exemple, si nous leur disons que nous cherchons des élèves qui s’auto-gèrent, il y aura forcément des gens qui joueront ce rôle. Après le concours, ils vont, certainement, lâcher ».

Cette vision pousse les élèves à fournir des efforts considérables pour réussir le concours : « comme tous les élèves, je n’ai aucune idée sur le mode de sélection finale, c’est pourquoi je travaille jour et nuit », témoigne Hajar Madan.

Réussir le concours ne veut pas dire, en revanche, que la mission est accomplie. Les élèves en formation risquent d’être éjectés à cause de certains verrous, dont le Black Hole. Qu’est-ce que le Black Hole, donc ? C’est lorsque l’école donne « assez » de temps à un élève, qui a du retard par rapport à ses camarades, pour atteindre un niveau donné. Mais, sans succès. Ainsi, lorsqu’il voudra accéder à sa session, une fenêtre s’affichera sur l’écran de l’ordinateur pour lui indiquer que l’aventure est terminée.