«Nous proposons à nos étudiants ingénieurs des spécialités de pointe»

Yasmine Benamour Présidente de LCI Education Afrique, Directrice générale de HEM

Le développement personnel n’est pas une matière à HEM, c’est un état d’esprit.

• Comment se présente la rentrée 2022-2023 à HEM ?
La rentrée se passe très bien à HEM et s’annonce sous de bons auspices. «HEM Engineering School» va entamer sa 3e année d’existence. Même si nos étudiants ne sont certes pas encore sur le marché du travail, nous sommes déjà heureux, notamment grâce aux différents projets et stages que nous leur faisons mener, de constater que notre modèle semble bien marcher. En effet, le BAC+5 de «HEM Engineering School» a pour vocation de former des ingénieurs informatiques disposant de 3 compétences clés : l’excellence au niveau technique; la capacité à bien communiquer et les soft skills ; et l’esprit d’entreprendre. Et nous arrivons déjà à bien percevoir ces 3 éléments chez nos étudiants. Cela est très encourageant et sera probablement très apprécié par les professionnels. En 4e année – Master 1, des spécialités de pointe leur seront ensuite proposées: Coding, Réseaux & Cloud, Big data et Intelligence artificielle.

• Les soft skills sont de plus en plus sollicitées chez les apprenants. Qu’est-ce que vous faites dans ce sens ?
Beaucoup de choses ! C’est l’un des points forts de la pédagogie HEM… Le développement personnel n’est pas une matière à HEM, c’est un état d’esprit. Ainsi, outre les cours de langues et de communication classiques, nos étudiants bénéficient d’énormément d’activités dans ce sens : Journée de co-construction des soft skills, activités para-pédagogiques (théâtre, arts plastiques, musique, danse…), projet «PROLIB» (projet libre à mener en groupe, sur le terrain), ateliers de créativité «CREATIS : Je crée, j’existe», tutoring, conférences étudiants, visites d’entreprises, junior entreprise, soirées et représentations artistiques, etc. Et comme chacun le sait maintenant, HEM se régénère continuellement. Nous sommes ainsi, par ailleurs, sur un beau projet pour la rentrée prochaine concernant l’évaluation des soft skills. Un outil de mesure du niveau d’acquisition des soft skills par nos étudiants sera donc mis en place.

• Quelles sont les nouveautés de cette année ?
L’une des nouveautés est le fait que HEM ait décroché, juste avant l’été, la prestigieuse accréditation de l’Association Africaine des Business Schools (AABS). Ce beau label représente, d’une part, une nouvelle reconnaissance de l’excellence académique et de la bonne gouvernance de HEM et, d’autre part, un bon moyen d’être en amélioration continue sur beaucoup d’aspects importants. En effet, le process d’accréditation AABS est très rigoureux et a duré plus de 2 ans. Il se base sur 11 normes en phase avec les standards internationaux d’accréditation et HEM s’est réellement distinguée sur l’ensemble de ces critères. Nous en sommes fiers et comptons bien demeurer à très bon niveau.
D’un point de vue académique, nous sommes sur une revue du Programme Grande Ecole de HEM Business School afin de coller encore et toujours aux nouvelles tendances du marché, aux besoins du monde professionnel d’une part et au profil de nos jeunes, d’autre part.

• Que déployez-vous au niveau de la formation continue ?
Apprendre n’a pas d’âge… La formation continue prend de plus en plus de place à HEM. C’est une Business Unit réellement à part dénommée «HEM Executive Education». Nous y proposons notre MBA Management General/MBA International Paris organisé avec Paris Dauphine et l’IAE de Paris depuis plus de 20 ans. Nous proposons également un Master en gestion de projets avec Polytech Angers. Enfin, nous proposons également toute une palette de certificats pointus, de haut niveau, courts et à temps partiel.

• Quels sont vos chantiers prioritaires pour les deux prochaines années ?
Au-delà de «HEM Business School» et de «HEM Engineering School», nous travaillons actuellement sur le lancement d’une troisième école mais je ne peux en dire plus à ce stade.