Mooc Maroc : début de la démocratisation du savoir

Les Mooc s’implantent de plus en plus au sein de l’enseignement supérieur marocain. De quoi s’agit-il exactement ? Explications.

C’est une innovation pédagogique qui permet aux étudiants- et à tous ceux qui le souhaitent- de se former en ligne et d’interagir avec d’autres, même à l’autre bout de la planète. Il s’agit de donner accès à des milliers d’inscrits, à de multiples cursus et spécialités, le tout gratuitement. Lancés en 2008 par des chercheurs canadiens comme George Siemens et Stephen Downes, les Mooc (en anglais Massive Online Open Courses) ont été popularisés par des établissements d’enseignement supérieur américains de renom : Stanford, Harvard ou le MIT (Massachusseets Institute of Technology), en 2011. Le succès est quasi immédiat : près de 150 000 inscrits dès les premiers cours mis en ligne, aujourd’hui une dizaine de millions pour une plateforme comme Coursera, qui propose plus de 700 cours. Cette révolution du savoir, qui repose sur une plateforme internet uniquement, permet aux étudiants de trouver des cours sous forme de vidéos, de powerpoints, de cours rédigés, ainsi que d’exercices et d’espaces d’échanges interactifs. Le Mooc est idéal pour se former, approfondir un domaine de connaissances ou bien même pour envisager une réorientation professionnelle.

L’intégration de ce système à l’enseignement supérieur marocain présente plusieurs atouts ; faire face à la massification, développer autonomie et esprit d’initiative, améliorer la qualité de l’enseignement et le taux de réussite. Repenser le modèle d’enseignement d’aujourd’hui est devenu une nécessité. Il suffit de jeter un coup d’œil aux amphithéâtres bondés et aux étudiants qui passent leur temps connectés sur le web pour en prendre conscience. Il y en a même qui prennent en photos les illustrations au tableau du professeur et enregistrent les cours sur leur téléphone portable. Pour leur répondre, l’Université Cadi Ayyad (UCA) de Marrakech a lancé depuis 2013, des cours en ligne, appelés «Mooc low-cost» pour répondre aux nouveaux besoins en formation avec un coût de production qui ne doit pas dépasser les 20 000 DH pour l’université. En 2015, plus de 75 000 étudiants se sont inscrits à l’UCA avec un enseignant pour 50 ou 100 étudiants. Avec cette innovation pédagogique, ce sont plus de 60 cours, TD et TP en plus d’une série de conférences grand public sur des thématiques qui sont animées par les professeurs de l’UCA et diffusés en ligne. Si les Mooc sont d’excellents outils pour une approche par compétences, la culture du diplôme reste encore forte dans un processus de recrutement.