Khalid Benzakour : «Dans le domaine de l’enseignement, on ne devrait pas parler de concurrence…»

Depuis 35 ans, le groupe ISGA offre des formations dans les filières du management et de l’ingénierie. Pour la rentrée 2019-2020, ces deux filières se déclineront en plusieurs nouvelles options de formation. Objectif : répondre aux besoins du marché de l’emploi. Les explications de Khalid Benzakour, directeur général du groupe.

Peut-on revenir sur son positionnement dans le secteur, les filières proposées, le nombre d’étudiants, le corps professoral ?
Créé depuis 1981, le staff de l’Institut supérieur d’ingénierie et des affaires (ISGA) se compose de 5 centres répartis sur le territoire marocain : Rabat, Casablanca, Marrakech, Fès et El Jadida. Le staff, dans son ensemble, – direction, professeurs permanents et vacataires, personnel administratif – a cumulé un savoir-faire, un savoir-être, des valeurs et une culture d’entreprendre que le groupe transmet de génération en génération à ses futurs lauréats. L’ISGA a pour vocation de former et de perfectionner des cadres de haut niveau et d’orienter leurs aptitudes vers l’exercice de responsabilités pour le développement de l’entreprise. De gros investissements ont été faits dans la formation de ses professeurs permanents pour les qualifier formateurs MCT ou instructeurs Cisco certifiés. De la même manière, des moyens colossaux ont servi à équiper tous les centres informatiques des campus ISGA pour les accréditer : centres d’examen Person Vue dans lesquels les étudiants passent leurs certifications.
À présent, l’ISGA intègre dans ses programmes de formation une large palette de certifications dans plusieurs technologies. En justifiant leurs compétences, les diplômés de l’ISGA se donnent les moyens de réussir une insertion rapide et gratifiante dans le milieu professionnel. La rentrée 2016/17 est marquée à l’ISGA par l’intégration du e-learning dans la plupart de ses parcours de formation initiale. Au cours des prochaines années, notre objectif est de développer l’offre de formations à distance dans des domaines prioritaires. Le groupe entretient, depuis plus de 20 ans, des relations étroites avec des universités et écoles d’ingénieurs étrangères.

Qu’en est-il des nouvelles filières ?
Des ajustements de programmes et méthodes sont opérés chaque année soit , par exemple, pour s’adapter à l’acquisition d’un nouveau équipement pédagogique, ou encore pour introduire dans un cours une nouvelle innovation et/ou norme, etc. Chaque deux ans, à l’occasion du renouvellement des accréditations de nos filières de Masters, nous procédons à des changements plus en profondeur, aussi bien dans le contenu des programmes que dans certaines appellations de filières. La nouveauté à partir de la rentrée prochaine est que chaque filière en Management et en Ingénierie se déclinera, en dernière année, en plusieurs options. Nos étudiants auront le même socle de formation de base mais chacun pourra choisir, parmi plusieurs options, celle qui le passionne. Les options sont assurées grâce aux compléments de cours sous la forme de séminaires, conférences, stages et projet de fin d’études.

Quelles sont les filières les plus convoitées par les étudiants ?
Les Masters ISGA les plus convoités en filière Management sont le CCA (Comptabilité, Contrôle, Audit) et le Marketing digital. En filière Ingénierie, c’est l’Informatique moderne qui englobe l’Intelligence Artificielle, le Big Data, le cloud computing, etc. qui est le plus demandé.

Il y a de plus en plus d’écoles étrangères au Maroc. Comment vivez-vous cette concurrence ?
Dans le domaine de l’enseignement on ne devrait pas parler de concurrence. Chaque établissement a le droit de proposer des formations certifiantes, qualifiantes et/ou diplômantes s’il est autorisé pour cela par son ministère de tutelle. Les étudiants comme les parents doivent être informés et bien orientés. Les écoles autorisées, les filières accréditées et les diplômes reconnus doivent être accessibles dans plusieurs supports et distribués même dans les lycées. Nous ne voulons pas d’écoles étrangères qui font passer des bachelors de leurs écoles pour des programmes grandes écoles d’ingénieurs ou de commerce par exemple. Luttons ensemble contre cette malfaçon de certaines écoles étrangères qui s’implantent au Maroc et qui vendent leur nom. Pour le reste nous souhaitons la bienvenue à tout investisseur étranger qui souhaite participer au développement de notre pays dans la transparence et le respect de nos institutions.

Quelle est votre offre en matière de double diplomation? Est-ce un argument commercial ?
«Argument commercial» n’est pas adapté à notre noble métier. L’externalisation des diplômes d’universités internationales rentre dans le cadre beaucoup plus global d’un partenariat avec notre groupe. Les relations à l’international nous permettent de développer les échanges de tous genres: recherche, formation, poursuite des études de nos lauréats, etc.. Nous ne proposons pas de double diplomation. Nous proposons des Masters de qualité de grandes universités françaises essentiellement en formation pour les cadres d’entreprises en exercice ou à la recherche d’un emploi. Nous participons ainsi au développement des ressources humaines des entreprises en attendant la sortie du texte de loi qui va légiférer la formation continue dans l’enseignement supérieur.