Enseignement supérieur : Le crédit bancaire, une solution pour poursuivre les études

Les étudiants ayant opté pour l’enseignement supérieur privé font de plus en plus appel aux crédits. La majorité des banques propose des produits de financement. SI certaines ciblent tous les étudiants, d’autres placent leurs offres dans le cadre d’un conventionnement avec les écoles.

Chaque année de nombreuses familles recourent aux prêts bancaires pour financer les études supérieures de leurs enfants. Depuis la fin des années 80, sont apparues, en plus des bourses d’études classiques, les premières offres de crédits bancaires. Mais face à l’évolution de la demande, l’Etat a mis en place «Enseignement Plus», un fonds géré par la Caisse centrale de garantie qui garantit les prêts accordés aux étudiants poursuivant leurs études dans les établissements privés au Maroc ou bien à l’étranger. Dans le cadre de l’Enseignement Plus, le plafond des crédits est de 250 000 DH. Soit 50 000 DH par an. Le remboursement des prêts une fois les études terminées sur une période de différé de 6 ans.

Encouragées par la garantie de ce fonds, les banques proposent diverses formules : Le «Prêt études classes prépa», couvre les 2 années du cycle préparatoire, pouvant aller jusqu’à 120 000 DH. Le «Prêt études supérieures» est, quant à lui, dédié aux étudiants qui désirent poursuivre leurs études supérieures sans passer par la case «classes prépa». La formule finance ainsi le cursus de 3 ans, pour un montant pouvant atteindre 150 000 DH.

Il existe également le «Prêt master» qui permet à l’étudiant de financer les deux dernières années de sa formation universitaire. L’offre va de 30 000 à 120 000 DH, remboursables en 12 à 60 mensualités avec un plafond de 5 ans.

Le «Prêt études supérieures à l’étranger», spécifiquement conçu pour les étudiants qui veulent poursuivre leurs études à l’étranger, consiste en un financement échelonné sur 5 ans pour un montant allant jusqu’à 180 000 DH. Par ailleurs, on retiendra également des offres pour deux types de financement : un crédit pour les «frais de scolarité» qui peuvent atteindre 50000 DH par an et le «Financement du coût de la vie» qui permet d’emprunter jusqu’à 35 000 DH afin de financer son logement ou autres frais divers.

Peu d’offres pour les études à l’étranger

Les étudiants peuvent également accéder à des offres dans le cadre de partenariat avec les établissements scolaires comme à titre d’exemple le groupe HEM ou encore l’Université Al Akhawayn. Les durées de remboursement sont de 10 ans et 15 ans en fonction des termes du partenariat. On remarquera que les formules bancaires de financement concernent majoritairement les études supérieures privées au Maroc. Les produits pour le financement des études à l’étranger ne sont pas très développés même si la demande connaît une évolution certaine.

Si les offres bancaires se développent pour le secteur privé, il est intéressant de revenir sur le financement par la bourse dans les établissements publics. Les bourses sont octroyées aux étudiants selon plusieurs critères, entre autres la situation socio-économique, le parcours académique et les résultats au bac.
Des bourses de mérite sont accordées également à des étudiants ayant opté pour certains établissements payants comme Al Akhawayn ou encore les facultés de médecine privée. L’étudiant peut en perdre le bénéfice, partiellement ou totalement, en cas de redoublement.

Des bourses pour le public

Pour les étudiants inscrits dans le public, on distinguera alors les bourses de formation initiale dites bourses classiques de 1er ou de 2e cycle. Basées sur la situation financière des parents et destinées aux étudiants qui veulent poursuivre leurs études dans des établissements relevant de l’enseignement supérieur public. Le montant de la bourse dépend du lieu de résidence des parents de l’étudiant: 650 DH par trimestre pour les étudiants poursuivant leur formation dans les établissements relevant de leur lieu de résidence originel. Et 1300 DH sont attribués à ceux poursuivant leur formation hors de leurs villes de résidence.
Les bourses de 3e cycle, quant à elles, sont octroyées sur la base de l’excellence académique et s’élèvent à 1600 DH par trimestre, indépendamment du lieu d’origine du candidat.

Les bourses relatives au doctorat, elles, dépendent des résultats atteints par les étudiants pendant tout leur parcours ainsi que de la nature des formations doctorales. Le montant total octroyé au bénéficiaire de cette bourse est de 2 300 DH par mois pour une durée maximum ne dépassant pas 36 mois.
Par ailleurs, il y a les bourses d’excellence, notamment la bourse Istihqaq octroyé par la Fondation Mohammed VI, la bourse de la Fondation marocaine des étudiants, en partenariat avec l’OCP et l’Agence de l’Oriental, ou encore la bourse Imtiyaz de Maroc Telecom. Elles sont destinées aux étudiants inscrits en 2e année de grandes écoles d’ingénieurs, et de ceux qui sont en 4e année des Ecoles nationales du commerce et de gestion, de la Faculté des sciences et des techniques, et de l’Institut national des sciences appliquées. Leur octroi est tributaire des résultats de l’étudiant pendant tout son parcours depuis son obtention du baccalauréat. Le montant de cette bourse est de 1300 DH pour les deux premiers trimestres et de 1 733 DH pour le troisième.

Lire aussi :    Enseignement supérieur : Entre 70 000 et 120 000 DH par an dans le privé

Lire aussi :  Ecoles étrangères : Une alternative pour ceux qui ne veulent pas quitter le pays