Enseignement : Les activités parascolaires, un atout pour la réussite

Les activités extrascolaires développent des compétences essentielles aux études et au développement personnel des étudiants. Quel que soit le niveau d’études, le travail scolaire et les loisirs ne sont pas forcément dissociables.

Préconisé dès le plus jeune âge, s’adonner à des activités ludiques parallèlement au parcours scolaire, est essentiel. Ce n’est pas pour rien que de nombreuses études vantent les mérites des activités parascolaires. Peinture, piano, théâtre, surf, boxe, plongée… quelles qu’elles soient, ces activités peuvent apporter beaucoup dans le développement d’aptitudes utiles et sont le gage d’une meilleure adaptation à la vie scolaire et sociale.

Tous les sports ne font pas appel aux mêmes ressources. Mais au-delà de l’adage «un esprit sain dans un corps sain», les sports sont connus pour développer l’esprit de compétition. Ils apprennent aussi le respect des consignes et comment se fixer des objectifs. Les sports collectifs tels que le handball, le foot ou le volleyball sont reconnus pour fédérer l’esprit d’équipe. Il est même possible de cibler les sports selon les points faibles à travailler. A titre d’exemple, pour une personne à tendance individualiste, pratiquer du foot ou un sport d’équipe en général permet de tenir compte de tous les membres de l’équipe et ne pas agir seul. Alors que si vous avez des difficultés à affronter les autres, le karaté, la boxe et le judo améliorent la confiance en soi, permettent de gagner en assurance et …en force aussi.

Par ailleurs, une étude de l’universitaire Glen Schellenberg a démontré que la pratique de la musique permet de développer plus vite son coefficient intellectuel. Yasmine, une brillante lycéenne en 1ère année de baccalauréat, décrit ce que la pratique de la musique lui a apporté durant sa scolarité : «Je joue du violon depuis 8 ans. Concrètement, j’ai appris qu’il fallait s’exercer régulièrement car c’est ainsi qu’on progresse en musique. D’autre part, j’ai l’habitude de passer des examens depuis mon enfance, ce qui me permet aujourd’hui de gérer mon stress». Il est également possible de développer son sens de l’observation et d’apprendre la concentration grâce à des cours de dessins.

Les activités diversifiées permettent de développer des compétences variées

Autre expérience, celle de Zakaria, 22 ans, étudiant en cinquième année en médecine générale. En plus d’être une échappatoire à son quotidien chargé, occuper le poste de rédacteur-en-chef du magazine annuel de la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca a constitué un vrai «challenge» pour ce jeune homme. «S’engager au sein d’un projet ambitieux est une occasion unique d’évoluer hors de sa zone de confort et d’apprendre énormément sur soi-même». En effet, de nombreux impacts concrets sont prouvés pour les jeunes, qui acquièrent alors des habiletés cognitives, physiques et sociales ; créativité, travail d’équipe, gestion des émotions… Ceci leur permet de se faire de nouveaux amis, d’occuper leur temps intelligemment, de se découvrir de nouveaux talents et surtout d’acquérir un sentiment d’appartenance et d’épanouissement personnel. Bien entendu, une activité extrascolaire doit avant tout être attirante, créant un moyen d’apprentissage ludique, source de plaisir et de bien-être pour l’étudiant.

«Mon expérience en tant que rédacteur en chef a été très riche, car elle m’a essentiellement permis d’améliorer ma qualité de rédaction, d’apprendre à travailler en équipe, de coordonner les efforts des rédacteurs, le tout dans un cadre un peu plus formel qu’un simple projet de groupe. L’expérience a éveillé en moi un certain sens de leadership à travers ma force de proposition et mes prises de décisions réfléchies pour le magazine». Une vraie complémentarité aux études dont Zakaria n’arrête pas de faire les éloges aussi bien pour son parcours académiques que sa vie quotidienne.

D’ailleurs le jeune homme a déjà testé les bienfaits des activités parascolaires en tant que lycéen avec des cours de théâtre «J’ai appris à travailler ma voix, à canaliser mon énergie et à apprécier la littérature classique encore plus. Je suis, maintenant, bien meilleur à l’oral et j’ai plus confiance en moi».

Ainsi, il est prouvé que les activités diversifiées permettent de développer des compétences variées. Etre membre d’une association étudiante fait partie du cursus dans la plupart des grandes écoles mais demande toutefois  de la disponibilité, de l’implication et de la motivation. «Avant de s’engager il faut être certain de pouvoir répondre présent. C’est un peu comme diriger sa propre entreprise», prévient  Zineb 2e année dans une école de commerce. «Ça risque de vous occuper à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit mais le plaisir éprouvé lorsque l’on voit son projet prendre forme est indescriptible». Dans toutes les grandes écoles, intégrer une association étudiante fait incontestablement partie du cursus.  Cela permet d’appliquer les enseignements dispensés et peut être valorisé en tant qu’expérience par l’administration (stages, attestations…). De plus, devenir bénévole dans une association apprend le respect, l’entraide et donne le sens des responsabilités.  A l’occasion du mois sacré du Ramadan, on voit fleurir des actions caritatives pour le repas du ftour. De nombreux étudiants s’attellent à la collecte de dons en nature ou numéraire au profit de personnes défavorisées.