Des cursus revus pour coller aux besoins des entreprises

L’offre orientée vers de plus en plus de spécialités pointues, des cursus en langues étrangères, des parcours à l’international et passerelles avec d’autres diplômations et des modules entièrement consacrés au développement des compétences de vie. Des cursus désormais personnalisés pour répondre à des besoins spécifiques et sont adaptés à différents publics : dirigeants, cadres, experts, hauts potentiels ou jeunes talents.

L’actualisation de l’offre de formation pour la rentrée 2022-2023 chez la majorité des opérateurs de l’écosystème de l’enseignement supérieur répond à un impératif majeur : garantir l’employabilité des lauréats une fois le diplôme en poche. L’on comprend aisément les efforts concédés sur ce volet si l’on voit le profil des jeunes diplômés aujourd’hui en chômage. Ceux qui ont des diplômes de haut niveau sont ceux qui trouvent le plus du mal à décrocher un emploi. Ce qui pose avec acuité la problématique de l’adéquation entre l’offre des opérateurs et les besoins réels en formation des entreprises publiques et privées et des employeurs en général.
Un tour d’horizon des proposés par les opérateurs du secteur laisse conclure que l’actualisation de l’offre pour cette rentrée a concerné quatre grands versants, en l’occurrence l’intégration de plus en plus de spécialités pointues, davantage de cursus en langues étrangères (notamment l’anglais, l’espagnol et l’allemand de plus en plus ), l’amélioration des parcours à l’international et possibilité d’échange et passerelles avec d’autres diplômations et la confection de modules consacrés au développement des soft skills et des compétences de vie.
Les opérateurs affirment dans ce sens que la démarche de confectionner le contenu pédagogique et académique devient plus pointue, personnalisée et au cas par cas. Ils se tiennent au courant des ambitions de développement des plus grandes entreprises du Royaume en créant des formations B2B sur mesure innovantes dans des secteurs clés. «Ces parcours personnalisés répondent à des besoins spécifiques et sont adaptés à différents publics : dirigeants, cadres, experts, hauts potentiels ou jeunes talents. Dans le souci permanent d’être à l’écoute du monde de l’entreprise, nous sommes en constante réflexion pour proposer des formations pointues qui y répondent», affirme le Directeur général d’un business school de renom. Dans le même ordre d’idées, les opérateurs de l’enseignement expliquent que les entreprises ont besoin de plus en plus de jeunes diplômés ayant développé des compétences d’agilité interculturelles.
Pour aller dans ce sens, les offres de cette rentrée proposent des spécialités de plus en plus pointues qui n’étaient pas sur le marché lors des rentrées précédentes. Il s’agit, par exemple, du coding, des réseaux & cloud, des modules relatifs à l’intelligence artificielle, à la réalité augmentée et au big data. Aussi, plusieurs écoles et instituts ont-ils ouvert de nouveaux programmes en formation continue dans les domaines de Data Sciences appliqué à la gestion d’entreprises. Une majorité d’école de management propose de nouveaux Executive Masters, Executive Bachelors et certificats dans des domaines où les entreprises leur demandent de les accompagner dans la montée en compétences de leurs collaborateurs, notamment le management projets et programmes, la transformation digitale, le management du sport, etc.
Par ailleurs, l’offre des écoles est de plus en plus orientée vers les langues étrangères, manière de garantir à leurs lauréats la mobilité internationale et des compétences linguistiques nécessaires pour les diplômés qui aspirent à internationaliser leurs carrières.
Le doyen d’une université affirme en substance que pour la rentrée qui s’annonce, tous les programmes (bachelor et masters) seront proposés en anglais. A l’en croire, la mobilité internationale est la règle pour les étudiants inscrits. Enfin, la revue de l’offre pédagogique met l’accent sur le développement humain et la personnalité des apprenants. Les opérateurs sont persuadés qu’en plus des compétences techniques, les compétences personnelles et émotionnelles, dites soft skills, garantissent aux diplômés d’évoluer dans un contexte de crise et de mutations importantes du marché du travail.
Il y en a même qui ont poussé la logique sur ce registre et se mettent désormais à évaluer les soft skills des étudiants en se dotant d’un outil de mesure du niveau d’acquisition de ces compétences !