Zappez le tabac, plantez l’olive

Bientôt, il n’y aura plus de tabac à Ouezzane, région réputée pour ses champs de tabac brun. Cette culture est en train d’être reconvertie vers l’olivier.
Au total, 3 000 tabaculteurs sont concernés. Ces derniers devront bientôt troquer leurs épis bruns contre des plants d’oliviers, certifiés par le ministère de l’Agriculture et se verront par la même occasion verser une prime de reconversion étalée sur cinq ans, le temps que les nouvelles plantations arrivent à maturité.
L’initiative elle-même est venue de la Régie des tabacs qui, confrontée à la baisse de la consommation du tabac brun, comme c’est le cas pour tous les cigarettiers de par le monde, avait dans un premier temps pensé à reconvertir la culture du tabac brun d’Ouezzane en tabac blond. Or, les analyses faites par ses laboratoires ont démontré que le sol de cette région ne se prêtait pas à cette culture. D’où l’idée d’une reconversion vers l’oliveraie qui coûterait à la régie 25 millions de DH. Il faut rappeler ici que la Régie des tabacs a enregistré en 2005, par exemple, une chute sensible (- 20,2 %) des ventes de produits bruns. Même les légendaires Casa (- 15,6 %) et Olympic (- 29 %) n’ont pas résisté à l’évolution des habitudes de consommation.
Cette reconversion devrait concerner également la céréaliculture, trop dépendante des aléas du climat, comme le suggèrent avec insistance, ces derniers temps, nombre de spécialistes en agronomie. Le cas du sud de l’Espagne, régulièrement frappé par la sécheresse, est souvent cité comme exemple d’une reconversion réussie de la céréaliculture vers l’olivier