Yasmina Baddou vs Hakim Benchemass

40% des questions qui lui sont adressées viennent du PAM.

Il ne se passe plus une semaine sans que la ministre PI de la santé Yasmina Baddou ne soit montrée du doigt par le Parti authenticité et modernité. Mercredi 8 décembre, la ministre a de nouveau été appelée à s’expliquer devant les députés sur «l’insuffisance des ressources humaines» et «la déficience des équipements médicaux» dans certains hôpitaux et centres de santé. Et encore une fois c’est le PAM qui est à l’origine de l’unique question orale destinée à Mme Baddou. Selon le ministère chargé des relations avec le Parlement, le PAM est à l’origine de près de 40% des questions orales adressées à la ministre depuis le début de cette VIIIe législature. Au total, le PAM a posé 200 questions sur les quelque 530 questions parvenues à Yasmina Baddou.
Jusque-là rien que du très normal, l’opposition étant dans son rôle. Sauf que ces questions s’accompagnent très (trop ?) fréquemment de prises de bec assez fracassantes. Depuis le début de l’année, la ministre a eu droit à plusieurs interventions du chef du groupe PAM à la deuxième Chambre dans le cadre du droit d’informer. Hakim Benchemass accuse la ministre tantôt de fournir des statistiques erronées tantôt de s’opposer aux jugements, prononcés dans le cadre de l’affaire qui oppose le ministère aux femmes médecins spécialistes mariées. La dernière escarmouche remonte à jeudi 2 décembre lors des débats, en commission, du budget sectoriel du ministère à la deuxième Chambre. Les conseillers PAM ont quitté la salle après que la ministre a interrompu Hakim Benchemass lors de son intervention devant la commission. «La ministre a enfreint les procédures du déroulement des travaux de la commission. Ce qui est inacceptable», affirme une source du PAM. La ministre, jointe par La Vie éco, déclare, indignée : «On m’a traitée de menteuse, c’est inacceptable».