Victimes du COS-ONE

leurs logements seront vendus aux enchères

Le litige tripartite qui met aux prises le CIH, le COS-ONE et les acquéreurs de logements dans le lotissement dit «M’Zouka 5» s’enlise. Le CIH, qui n’a toujours pas été remboursé au titre des prêts consentis pour la construction desdits logements, pourtant payés par leurs propriétaires au COS-ONE (cf. La Vie éco du 2 avril 2004), avait adressé, en février dernier, des sommations par voie de justice, pour intimer aux habitants l’ordre de vider les lieux. En début de semaine, le tribunal de commerce de Casablanca a ordonné la mise en vente aux enchères de dix logements. L’un des propriétaires, contacté par La Vie éco, atteste pourtant avoir payé depuis longtemps la totalité du prix, soit environ 2 millions de DH, qu’il a dûment versés au COS-ONE.
La mise en vente a été fixée au 28 mai. Les habitants tentent de leur côté de sauver la situation en s’adressant aux différentes parties concernées. Après s’être constitués en association, ils ont commencé par s’adresser à l’ONE. En vain car la direction de l’office, à ce jour, campe sur ses positions qui consiste à affirmer qu’elle n’est concernée ni directement, ni indirectement par ce litige. Auprès du COS-ONE, par contre, les responsables tentent de désamorcer la bombe. En mars dernier, le président Mohamed Abderrazzak avait proposé au CIH de vendre des propriétés du COS-ONE et de libérer les hypothèques qu’il détient sur les logements de «M’Zouka 5». Après avoir rejeté l’offre, dans un premier temps, arguant que les biens proposés ne valaient rien, la banque a fini par accepter de négocier. En effet, selon un membre du bureau du COS, «le CIH vient de demander à un de ses experts de refaire l’évaluation des douze propriétés proposées». Ce qui fait dire à ce même responsable qu’il y a encore une lueur d’espoir pour qu’un arrangement soit trouvé avant le 28 mai