Une ferraille pour avions à  Oujda

1 000 ha pour démanteler les vieux appareils.

Ferrailleur de vieux avions. C’est un métier qui peut rapporter gros. Et c’est la raison pour laquelle la ville d’Oujda a eu l’idée de monter un projet de site pour démantèlement d’avions réformés. La casse sera située à Aïn Beni Mathar sur un terrain de  1 000 ha faisant partie d’une ancienne base aérienne américaine.
L’acquisition du terrain est pratiquement finalisée par Royal Air Maroc qui sera partie prenante dans le projet aux côtés, certainement, d’investisseurs privés. C’est que le business peut être très rentable. Comme l’explique une source qui connaît bien le dossier, «chaque année, de par le monde, ce sont au moins 300 avions qui arrivent en fin de vie et qui ont besoin d’être garés quelque part pour être démantelés». L’activité du site d’Oujda consistera donc à démonter les vieux appareils et surtout à recycler les pièces, composants et parties qui peuvent l’être en les revendant aux avionneurs.
Mais ce n’est pas tout. Les promoteurs du projet veulent faire d’une pierre deux coups en utilisant les 1 000 ha comme parking pour les avions. Le principe est simple : pendant les périodes creuses du trafic aérien, beaucoup d’avions restent au sol et les compagnies sont obligées de les garer dans les aéroports qui en deviennent congestionnés. Oujda offrira donc à ces compagnies un espace où elles peuvent garer leurs avions inutilisés pour de longues durées. En plus, les conditions climatiques de la région semblent être idéales pour ces deux activités, expliquent les mêmes sources.  
Pour ce qui est de la clientèle, le site est à deux ou trois heures de vol seulement de l’Europe et peut parfaitement convenir aux compagnies du Vieux Continent.