Un premier piège évité par le Maroc

Le Maroc vient d’échapper à un premier piège tendu, au sein de l’UA, par les adversaires de son intégrité territoriale.

Invité à participer à une réunion du Conseil de la paix et de la sécurité, relevant de l’UA et présidé par l’Algérie, le Maroc a flairé le piège et a décidé de ne pas y aller. C’était prévisible, pour le Maroc l’adhésion à l’organisation panafricaine ne signifie pas une reconnaissance d’un quelconque rôle de l’UA, ou autre organisme régional, dans la résolution du différend territorial du Sahara. Ce sont les Nations Unies qui en ont l’exclusivité. L’instance est loin d’être un exemple de neutralité pour examiner convenablement la question du Sahara. Question à laquelle, justement, a été consacrée cette première rencontre après le sommet du 28 janvier.