Un cabinet français conseille à  la fois le Maroc et l’UE

La conclusion d’un accord de pêche avec l’Union européenne ne fait plus de doute. Le ministère des Pêches maritimes vient de confier à Océanic Développement, cabinet français spécialisé, la réalisation d’une étude d’évaluation du secteur. Un calendrier a été arrêté pour les rencontres entre les consultants du cabinet, les opérateurs de la pêche et les associations professionnelles. Les conclusions de cette étude serviront de base à la partie marocaine pour entamer les négociations avec l’Europe.
Seul hic, les Européens pourraient avoir accès aux mêmes données, ce même cabinet ayant été sélectionné par la Commission européenne pour conduire l’ensemble des études d’évaluation des accords de partenariat dans le domaine de la pêche signés avec les pays tiers pour les trois prochaines années. «Les évaluations seront menées au fur et à mesure du renouvellement des accords existants ou lors de la signature de nouveaux accords. L’objectif de ces études est de fournir une assistance à la Communauté européenne pour signer des accords garantissant le meilleur rapport coût/efficacité, tout en favorisant le développement du secteur des pêches du pays partenaire», est-il précisé du côté d’Océanic Développement qui se trouve, de plus, à la tête d’un consortium européen composé des sociétés Poseidon Ltd (Grande-Bretagne) et Megapesca (Portugal). Le tout est de savoir comment le cabinet français arrivera à traiter avec objectivité les intérêts, somme toute contradictoires, de ses deux clients ?