Un Atlas du vent en préparation

Combien de Kw d’origine éolienne le Maroc pourrait-il produire s’il venait à exploiter le potentiel dont il dispose ? Personne ne peut fournir aujourd’hui une réponse exacte. Or, cette énergie peut constituer une alternative sérieuse pour différents secteurs économiques de plus en plus confrontés à des problèmes de coût de production.

Quelques pionniers, à l’instar de Lafarge, ont pris l’initiative de diversifier leur source d’approvisionnement en se dotant de leur propre parc. D’autres pourraient leur emboîter le pas mais demeurent rebutés par la législation actuelle qui limite la production éolienne privée à un maximum de 10 MW/H. Anecdote : pour que Lafarge puisse produire 10,2 Mw/h dans son site de Tétouan, il lui a fallu décrocher une dérogation.

Aujourd’hui, un Atlas éolien est en cours de préparation. L’opération, présidée par l’agence départementale pour l’environnement et la maîtrise de l’énergie (Ademe, France), sera coordonnée par la Compagnie du vent, filiale marocaine de la société française du même nom et impliquera également le Centre des énergies renouvelables (CDER).