Un atlas de l’urbanisme pour aller plus vite

De nouvelles zones ouvertes à l’urbanisme dans différentes villes du Royaume, c’est ce que les responsables de toutes les Agences urbaines décideront dans une réunion prévue lundi 4 septembre à Rabat. Ces zones, qui seront notifiées sur les plans d’aménagement des agglomérations concernées, seront dédiées à absorber la pression démographique et urbaine. Toutes seront regroupées dans un atlas qui verra le jour avant la fin de l’année 2006 et qui sera mis à la disposition des professionnels du secteur et des propriétaires fonciers dont les terres se trouvent dans les zones en question.

Derrière cette décision, il y a la volonté affichée du gouvernement d’ériger de nouveaux centres urbains. «Dans beaucoup de villes marocaines, les plans d’aménagement sont devenus caducs. Les modifier en totalité est une procédure qui risque de prendre beaucoup de temps et qui, en somme, n’accompagne pas les besoins du secteur, en développement rapide ces dernières années», explique un haut responsable du ministère délégué chargé de l’habitat et de l’urbanisme, qui rappelle par ailleurs l’expérience des deux nouvelles villes de Tamesna près de Rabat et Tamansourt près de Marrakech, où le problème du statut juridique du foncier disponible s’était posé avec acuité, contraignant d’acheter toutes les superficies concernées. Une opération compliquée lorsqu’on sait que le noyau urbain de Tamesna est de 860 hectares pour une superficie totale de 4 000 ha et de 1 200 ha pour Tamansourt .