Timitar confirme son statut de grand festival

Le Festival d’Agadir est en passe de battre son propre record enregistré l’an dernier avec pas moins de 500 000 spectateurs. Le concert d’ouverture sur la place Al Amal a regroupé, à lui seul, près de 80 000 personnes. Une véritable marée humaine venue assister au concert donné par le fou de scène Ismail Lô, le groupe icône Oudaden et les légendaires Nass Al Ghiwane.
Pour garantir le succès de cette deuxième édition, les organisateurs ont procédé à quelques réglages par rapport à l’édition précédente : constitution en association, changement de l’agence de communication et allongement de la durée du festival de cinq à huit jours (du 2 au 9 juillet). Les résultats sont palpables. L’organisation est sans faille et la programmation délirante. Les premiers jours du festival ont réservé des moments forts avec, en plus des groupes précités, Moha Zayani Achibane, dit «le maestro», qui, en dépit de sa maladie, demeure une véritable bête de la scène, Mohamed Rouicha ou encore Lotfi Bouchnak. Parmi les moments rares, la scène improvisée par Agadir Gnaoua, Oulad Sidi Boujamaa Agnaou (Agadir) et le basque Kepa Junkera.
Pour les deux derniers jours du festival, des groupes de sept nationalités vont se succéder. En plus de Faudel, rendez-vous est pris ce vendredi, entre autres avec Rkiya Demsiriya et les Frères Izem. Samedi 9 juillet, jour de clôture, Marcia Short du Brésil sera la dernière à monter sur l’estrade