Textiles : le Maroc devancé

En attendant que le libre-échange avec les Etats-Unis prenne forme, les négociations qui ont duré plus d’un an auront au moins servi à  quelque chose.

En attendant que le libre-échange avec les Etats-Unis prenne forme, les négociations qui ont duré plus d’un an auront au moins servi à quelque chose. En effet, pour discuter avec la délégation américaine, les négociateurs marocains ont été obligés de passer au crible les données concernant le marché US : les statistiques des échanges extérieurs du pays, la réglementation, la fiscalité et bien d’autres volets.
Au fil de leurs investigations, les Marocains ont découvert que certains pays faisaient mieux que nous. Ils ont découvert, par exemple, que de petits pays qui ne sont pas connus pour avoir une industrie textile développée, exportaient beaucoup plus que le Maroc sur le marché américain. Ainsi en est-il de Bahreïn et de Qatar. Deux pays qui vendent plus de pantalons aux Américains que le Maroc, qui l’eût cru ?
En 2003, et selon les statistiques officielles du département américain du Commerce, Bahreïn et le Qatar ont respectivement exporté près de 165 millions et 90 millions de dollars d’articles d’habillement et de confection, dont une essentiellement des pantalons. La même année, le Maroc en a exporté seulement 76 millions de dollars. Mieux encore. La Syrie, elle aussi, a exporté en 2003 plus de tee-shirts que le Maroc. Bien entendu, la comparaison avec des pays comme le Bangladesh ou le Pakistan est sans appel. En fait, l’explication tient tout simplement au fait que les industriels marocains du textile n’ont jamais porté une attention sérieuse au marché US et ont probablement raté l’opportunité de se positionner avant d’autres.
Quelque peu «vexés», nos textiliens se disent décidés à relever le défi. Ils pensent qu’avec l’accord de libre-échange, ils sont capables d’exporter vers le marché américain pour environ 250 millions de dollars de produits. Chiche !