Taxes locales : à  peine 300 paiements en ligne

La Trésorerie générale quelque peu déçue.

Paradoxal. C’est le moins qu’on puisse dire du comportement des usagers marocains. La Trésorerie générale du Royaume (TGR) en a fait l’expérience. En avril dernier, elle lançait son nouveau service de paiement d’impôts et taxes locales via le net (lire La Vie éco du 11 mai).  En entendant les citoyens se plaindre des problèmes d’attente et de va-et-vient aux perceptions ou fustiger les fonctionnaires pour leur lenteur, on aurait raisonnablement parié qu’ils se rueraient sur la prestation. Surprise, il n’en fut rien. A la fin du mois de mai, soit un mois et demi après son lancement, les services de TGR dénombraient à peine 300 opérations de paiement d’impôts et taxes par le net. A la Trésorerie générale, le chiffre est qualifié de «décevant» surtout quand on tient compte de toute la logistique qui a été mobilisée et de la campagne de communication qui a accompagné le lancement. Pour autant, on essaie tout de même d’en comprendre les raisons du peu d’intérêt manifesté par le contribuable. Les équipes de Saïd Ibrahimi retiennent d’abord la piste de la communication : «Peut-être que nous n’avons pas suffisamment informé le grand public». Autre hypothèse : une éventuelle méfiance des contribuables par rapport à la fiabilité du service et au niveau de confidentialité surtout que le paiement doit se faire par carte bancaire. A la TGR, il est expliqué que des conventions ont été conclues avec Maroc Telecommerce et le Centre monétique interbancaire (CMI) et que les transactions sont parfaitement sécurisées. Mais peut-être aussi qu’il ne s’agit finalement que d’un problème de temps. «Un mois et demi, ce n’est pas beaucoup et il faut se donner du temps pour que les vieilles habitudes changent», confie un haut responsable à la TGR.