Tata en prospection au Maroc

Bonne nouvelle pour les start-up marocaines opérant dans le domaine des technologies de l’information. Le géant indien Tata envisage de développer ses activités au Maroc.

Bonne nouvelle pour les start-up marocaines opérant dans le domaine des technologies de l’information. Le géant indien Tata envisage de développer ses activités au Maroc. S. Ramadorai, PDG de Tata Consultancy Services, filiale du groupe spécialisé dans les NTIC, sera en visite de prospection les 29 et 30 juin. Il devra y rencontrer des officiels, dont des membres du gouvernement, avec à leur tête le premier ministre, mais également des représentants du secteur privé marocain.
Selon une source bien informée, c’est d’une véritable visite de prospection qu’il s’agit. «Tata, jusqu’alors très présent sur les marchés anglo-saxons, souhaite s’attaquer au marché européen».
Et le Maroc semble présenter pour le groupe une plate-forme idéale, ne serait-ce que pour la proximité géographique et également l’atout linguistique, notamment pour le français et l’espagnol. A cela s’ajoutent les nouveaux horizons ouverts récemment par le rapport McKinsey dans le domaine du offshoring et de l’externalisation des services en matière de traitement et de gestion de l’information.
Tout porte donc à croire qu’il y aura du concret au cours des prochains mois. Une telle signature ne passe pas inaperçue : Tata Consultancy Services, qui n’est qu’une filiale du groupe Tata, emploie près de 30 000 ingénieurs dans le monde, et est présente dans 53 pays. Parmi ses clients, on trouve des multinationales comme Exxon, General Motors, Shell, Glaxo, Hyundai et bien d’autres. Sur les dix plus grandes entreprises dans le monde, sept sont clientes de Tata Consultancy Services (TCS). Et pour finir, le PDG de TCS se trouve être en même temps le président de la Nasccom, l’équivalent de l’Apebi en Inde, mais en plus grand. En un mot, il ne faut pas laisser filer l’occasion !