Tariq Sijelmassi préfère la méthode

Depuis sa nomination à  la tête de la Fédération nationale des associations de microcrédit (FNAM), Tariq Sijelmassi, également patron du Crédit agricole du Maroc, ne semble pas pressé de chambouler les structures.

Depuis sa nomination à la tête de la Fédération nationale des associations de microcrédit (FNAM), Tariq Sijelmassi, également patron du Crédit agricole du Maroc, ne semble pas pressé de chambouler les structures.

Elu président de la FNAM à la mi-avril au terme d’une querelle entre l’ancien président, Reda Lamrini, et les représentants de certaines associations membres, M. Sijelmassi se présentait alors comme le candidat du consensus recueillant l’assentiment des petites associations comme des grandes.

Depuis son élection, Tariq Sijelmassi est d’ailleurs resté très discret, le temps, certainement, que les esprits se calment. Il s’est donné trois mois pour faire son immersion. On notera, tout de même, une grande réunion tenue le 18 juin entre les membres de la FNAM et le gouverneur de Bank Al Maghrib, réunion qui augure de l’entrée prochaine des associations de microcrédit dans le périmètre de contrôle de BAM.

Mais c’est vraisemblablement à la rentrée que les choses commenceront à bouger à un rythme plus soutenu. Le nouveau président compte en effet activer le contrat-programme signé depuis longtemps mais jamais mis en œuvre. Il compte également lancer une grande étude sur le secteur pour savoir qui fait quoi et qui sont les clients…

Cependant, avant d’entamer la mise en œuvre de son plan d’action, Tariq Sijelmassi devra d’abord recruter un délégué général. Le poste, pourtant prévu par les statuts de la fédération au moment de sa création, n’a jamais été pourvu. M. Sijelmassi dit avoir déjà identifié trois profils et qu’il prendra sa décision à la rentrée.