Susceptibilités ministérielles

un projet d’agence qui ne plaît pas à  mustapha mechahouri

Tout comme il l’a fait durant ces 5 dernières années, Driss Jettou sera appelé à faire encore des arbitrages jusqu’à la dernière minute. Comme si le problème du refus des limonadiers de restituer la subvention sur le sucre ne suffisait pas (voir page 11), c’est le projet de création de l’Agence pour la promotion économique du Maroc (Apem) qui soulève des remous. Le projet de décret concernant l’Apem était programmé lors des travaux du conseil de gouvernement du mercredi 27 juin, mais Mustapha Mechahouri, ministre du commerce extérieur, dont le département n’a reçu le projet que la veille du conseil de gouvernement, ne le voit pas d’un bon œil. C’est que, il faut le rappeler, la future agence, si elle voit le jour, devra être une fusion entre l’actuelle direction des investissements (relevant du ministère des affaires économiques et générales) et le Centre marocain pour la promotion des exportations (CMPE).

Or, il se trouve que ce dernier relève de la tutelle du ministère du commerce extérieur et celui-ci ne veut pas céder sur ses prérogatives. Selon des sources gouvernementales, le Premier ministre tient envers et contre tous à la création de l’agence avant la fin de son mandat, mais il devra au préalable en convaincre Mustapha Mechahouri.

Solution ? Le Premier ministre a décidé de convoquer les ministres et autres hauts responsables concernés à une réunion restreinte pour en discuter dans le calme. La partie, cela dit, ne sera pas facile. En cette période électorale, ce n’est pas seulement la susceptibilité du ministre du commerce extérieur qu’il faudra ménager mais également celle du parti de la Mouvance populaire qu’il représente, solidarité avec la majorité oblige.