Sodea-Sogeta, on temporise

la deuxième tranche ne sera pas lancée dans l’immédiat

Les56 000 hectares de la Sodea-Sogeta, concédés fin 2005 aux opérateurs du secteur privé, ont aiguisé les appétits. Ceux qui n’ont pas eu la chance de voir leur offre retenue attendaient donc avec impatience le lancement de la deuxième tranche, d’environ 40 000 ha, annoncée par les pouvoirs publics. Cette deuxième opération devra mettre l’accent sur le développement de partenariats entre opérateurs privés et la Sogeta pour des activités à  forte valeur ajoutée comme la production de semences et de plants sélectionnés, le développement de nouvelles variétés…

Mais les opérateurs devront prendre leur mal en patience. La deuxième série de concessions n’est pas pour bientôt contrairement aux annonces initiales du gouvernement. Il faut rappeler que le Premier ministre, Driss Jettou, aussitôt la première tranche concédée et face à  l’engouement des opérateurs privés, avait demandé, fin 2005, au comité chargé du projet, d’accélérer la mise en Å“uvre de l’opération.

Pourquoi ce revirement ? En fait, sur avis du comité, le gouvernement a choisi la prudence : s’assurer d’abord que l’activité des exploitations concédées démarre, sachant que «la première tranche n’est toujours pas définitivement close», explique un membre du comité. En effet, aujourd’hui, sur les 170 exploitations attribuées, seule la moitié est déjà  opérationnelle alors que le délai fixé aux opérateurs par les pouvoirs publics pour finaliser leurs dossiers est largement dépassé. C’est dire la complexité de l’opération.

Ce n’est toutefois que partie remise… pour quelques mois, une lègère contrariété qui ne doit pas faire oublier que le scénario initial prévoyait de ne lancer la deuxième tranche qu’au bout de quatre ans ! Patience.

Lancera, lancera pas la deuxième tranche ? L’heure est à  la prudence au sein du gouvernement.