Settat-Marrakech, le tronçon maudit

chute des poutres sur l’oum rebiaà¢.

Décidément, le chantier de l’autoroute Settat-Marrakech est frappé du signe indien. On se rappelle les déboires causés par la défaillance de l’entreprise serbe, initialement adjudicataire d’un tronçon, et que le ministère de l’équipement a dû rattraper en catastrophe en chargeant des entreprises marocaines de continuer les travaux pour livrer le tronçon début 2007. A peine ce problème résolu, ou presque, le ministère se retrouve de nouveau avec un gros problème sur les bras.

Jeudi 7 décembre, une des poutres du futur pont sur Oum Rebiaâ, toujours en chantier, a «explosé» avant de tomber, en entraînant avec elle quatre autres mesurant chacune 46 mètres de long. Résultat : la mort d’un ouvrier sur les lieux au moment du sinistre. Résultat aussi, un sérieux risque de retard par rapport à la date de mise en service prévue. Quant aux causes de l’accident, c’est encore le flou. Certes, le ministère et Autoroutes du Maroc (ADM) se sont empressés, dès le lendemain, 8 décembre, de publier un communiqué où il est expliqué que l’accident est dû à une erreur de manœuvre du grutier au moment où il posait la poutre en question, ce que la société en charge du matériel de manutention réfute.

A l’heure où nous mettions sous presse, selon des sources bien informées, l’expertise n’était toujours pas achevée. Deux pistes semblent plausibles pour expliquer pourquoi la poutre a explosé. La première a trait à une erreur dans la fabrication de ladite poutre par la société chargée de réaliser le tronçon. La seconde, quant à elle, évoque une erreur dans la conception même des caractéristiques de la poutre. Si cette hypothèse venait à se vérifier, cela signifierait l’obligation pour Autoroutes du Maroc de remplacer toutes les poutres déjà posées sur les autres ouvrages du tronçon. Ce qui, au passage, risque de retarder sérieusement la mise en service de l’autoroute.