Scission à  la Fédération de la mer

omar akouri crée une nouvelle fédération

Omar Akouri, président de la nouvelle fédération, a réussi à attirer les poids lourds du secteur.

Les luttes intestines entre les professionnels de la pêche n’en finissent pas. Après la bataille qui a eu lieu en marge des dernières élections de son nouveau bureau, la Fédération des industries de la mer (FIM) est aujourd’hui au bord de l’implosion. Le 8 mars, plusieurs membres de la fédération ont annoncé la création d’une structure parallèle : la FPMA (Fédération des pêches maritimes et de l’aquaculture). A sa tête, l’on retrouve Omar Akouri, ancien candidat à la présidence de la FIM lors des dernières élections. Ce dernier, rappelons-le, s’est retiré de la course pour protester contre l’adhésion massive à la fédération des représentants de la pêche artisanale, qui avait été jugée conforme aux statuts de la CGEM. Parmi les membres de la nouvelle structure, on retrouve des poids lourds du secteur. Les caciques ont en effet réussi à rallier des opérateurs de premier rang à l’instar de Maronna, filiale de l’Ona, l’Omnium marocain de pêche (OMP), en plus de Lahcen Bejdiguen, président de la Confédération de la pêche côtière et d’autres représentants du segment hauturier et artisanal. Selon des membres de la FPMA, les dissidents viennent du groupe d’armateurs qui n’ont pas voté pour Rachid Benkirane lors des dernières élections. Avec leur départ, la FIM se trouve affaiblie. L’avis de M. Benkirane n’a pu être recueilli. A l’heure où nous mettions sous presse, il se trouvait à l’étranger. Toujours est-il que le président de la FPMA affirme qu’une demande d’adhésion à la CGEM en tant que fédération externe est déjà déposée.

Au moment où le secteur n’en finit pas de négocier avec les pouvoirs publics au sujet des nouveaux plans d’aménagement, poulpier et pélagique notamment, l’arrivée de la nouvelle fédération ne sera pas pour faciliter la tâche du ministère qui se retrouve avec un interlocuteur de plus.