Saïdia Mediterrania, pub comparative ?

La campagne publicitaire lancée par le groupe espagnol Fadesa au sujet de la vente des premiers appartements au sein de la station balnéaire Mediterrania Saïdia, dont il est l’aménageur, n’a pas laissé indifférente l’opinion publique, surtout qu’elle met en concurrence la future station avec les destinations les plus prestigieuses, comme Ibiza, Marbella et autres. Mais c’est justement cette «comparaison» qui a amené des lecteurs de La Vie éco à poser la question de savoir si ce n’est pas là une publicité comparative. Réponse : non.
Au Service autonome de la publicité (SAP), on explique que les noms des villes évoquées ne sont pas des marques commerciales mais de simples destinations. Selon les spécialistes du SAP, la publicité aurait pu être qualifiée de comparative si elle évoquait des noms d’hôtels ou enseignes commerciales. Ce n’est pas le cas.
Interrogés par La Vie éco à ce sujet, des spécialistes de la publicité au Maroc ne voient pas non plus de problème à ce que Fadesa compare sa station à d’autres, d’autant plus qu’aucun texte, à ce jour, ne régit la notion de publicité comparative. L’on se rappelle d’ailleurs que lors du litige qui avait opposé les deux opérateurs télécoms Méditel et Maroc Telecom au sujet de la campagne de ce dernier, le deuxième opérateur GSM n’avait à aucun moment avancé un argument dans ce sens.
On découvre à l’occasion de ce débat qu’il y a un vide juridique: la publicité comparative au Maroc n’est ni explicitement permise ni formellement interdite. A combler de toute urgence .

La publicité de Fadesa compare Saïdia à Marbella, Ibiza et autres destinations prestigieuses.