RNI : Mansouri en justice le 4 janvier

Les réformateurs se disent prêts pour la bataille juridique.

La bataille juridique au sein du RNI aura bel et bien lieu. Lundi 28 décembre, les hostilités entre le président et le groupe des réformateurs ont repris de plus belle et cette fois-ci c’est M. Mansouri qui a pris de court ses adversaires en annonçant son intention de déposer plainte devant le tribunal administratif de Rabat contre son concurrent, Salaheddine Mezouar. Motif ? Notifier par voie judiciaire à M. Mezouar l’annulation du document signé à Rabat en novembre dernier en vertu duquel il lui confiait la gestion du parti. Deux jours plus tard, le président en exercice n’avait toujours pas mis en exécution ses menaces. Mercredi 30 décembre, à l’heure où nous mettions sous presse, il assurait que sa plainte allait être déposée lundi 4 janvier. La première semaine de janvier promet donc d’être mouvementée pour le RNI, sachant que ledit tribunal n’a pas besoin de plus de 48 heures pour rendre son verdict. Du côté des réformateurs, on reste confiant. «S’il veut une bataille juridique, alors il l’aura et il la perdra», affirme-t-on. Dans le camp de Mezouar l’on souligne que le document ayant été signé par les deux hommes et validé par les instances du parti, il ne pourrait être rompu sans l’accord de ces dernières, même si MM. Mezouar et Mansouri décidaient ensemble d’y mettre fin.
Entre-temps, cela ne détourne pas les réformateurs du travail sur le terrain. Mercredi 30 décembre, les membres du mouvement ratissaient large dans les grandes villes comme Casablanca et Agadir pour recueillir les signatures en faveur de l’appel de M. Mezouar à la tenue du conseil national accompagnées d’une lettre de soutien les 23 et 24 janvier.