Revirement dans le dossier du lait en poudre émirati

Coup de théà¢tre dans l’affaire du lait en poudre émirati qui opposait l’importateur Stockpralim à  l’administration de la douane.

Coup de théâtre dans l’affaire du lait en poudre émirati qui opposait l’importateur Stockpralim à l’administration de la douane. Après avoir saisi le tribunal administratif pour débloquer ses cargaisons retenues à la douane qui réclamait le paiement des droits afférents en dépit de l’accord de libre-échange liant le Maroc aux Emirats Arabes Unis, l’importateur a préféré retirer sa plainte. Le 10 mars, son avocat a saisi le tribunal notifiant l’abandon du procès. La cargaison objet du litige a été «réexportée» à destination du pays d’origine. Stockpralim compte d’ailleurs se retirer définitivement du créneau du lait en poudre. Les droits de douane, de l’ordre de 123 %, rendent l’importation non compétitive face à la production locale assurée par Nestlé.