Réunion d’un bureau hydride

Après la réélection, en juin dernier, de Hassan Chami à la tête de la CGEM, les différentes fédérations devaient renouveler leurs instances en vue de constituer le nouveau bureau de la Confédération qui siégera pour trois ans. Le dernier délai fixé pour les élections de nouveaux présidents était le 20 septembre. Or, 22 fédérations n’ont pas encore élu leurs nouveaux dirigeants, ce qui pourrait mettre Hassan Chami dans une situation délicate.
En effet, le bureau de la CGEM, censé être composé des nouveaux élus, doit se réunir le 30 septembre. Commence alors un véritable casse-tête pour résoudre cette équation : comment tenir la réunion du bureau avec des présidents qui, légalement, ne le sont plus puisque leur mandat a expiré ? Vraisemblablement, la CGEM a décidé de réunir exceptionnellement un bureau hybride dans lequel siégeraient et les nouveaux présidents de fédérations et les anciens. Quant à la situation illégale de ces derniers, un membre du bureau nous explique qu’une parade a tout de même été trouvée. Ainsi, pour ne pas laisser expirer le délai légal du 20 septembre, les assemblées électives ont été déclarées ouvertes avant la date butoir, mais n’ont pas été clôturées. En d’autres termes, certains membres du nouveau bureau de la CGEM y siégeront encore pour un moment sous le titre de «président en instance de réélection». Du jamais vu !