Remaniement ministériel ou volonté de déstabilisation

Décidément, le Maroc fonctionne à l’envers. Pour une fois que nous avons la chance d’avoir un gouvernement qui donne des résultats concrets, voilà que quelques-uns se mettent à parler d’un remaniement ministériel. Certains évoquent le manque de dimension politique, certes, mais beaucoup d’autres le font, j’ai l’impression, dans un but de déstabilisation. Ce que je vous reproche, à la presse écrite en général, c’est que vous véhiculez ces idées sans faire la distinction entre les points de vue fondés et désintéressés et les tentatives de déstabilisation émanant de personnes habituées à nager en eaux troubles et que la présence d’un gouvernement fort dérange. Voilà la réalité que vous avez le devoir de faire découvrir à l’opinion publique. Objectivement, rares ont été les gouvernements au Maroc, pour ne pas dire qu’il n’y en a eu aucun, qui ont pu débloquer autant de dossiers en si peu de temps. Ceux qui s’évertuent aujourd’hui à dire que Driss Jettou n’a rien inventé et qu’il n’a fait que concrétiser des dossiers déjà élaborés du temps de Youssoufi, ou même avant, tombent dans leur propre piège.
Car, auparavant, tous les dossiers épineux (code du travail, droit de grève…) étaient bloqués faute de volonté politique. C’est l’argument que brandissaient hier encore ceux-là mêmes qui tirent sur le gouvernement d’aujourd’hui, alors qu’il a fait justement preuve d’une volonté politique et il en a, au moins, le mérite. Ce double langage et cette incohérence dans leurs propos démontrent amplement que ce sont plus des poches de résistance qu’autre chose et que ces gens-là ne cherchent qu’à défendre leurs propres intérêts et protéger leurs chasses gardées. Il ne faut surtout pas les laisser faire.