Remaniement, le faux débat

Aujourd’hui, les rumeurs d’un remaniement ministériel imminent courent et, à l’heure où ce courrier était écrit, rien n’avait été fait.
(…) Ce qui me tracasse, c’est la raison pour laquelle on décide de changer un gouvernement. Rien n’a été avancé sauf qu’il s’agit d’un lifting technique et, s’il y a remaniement, sur quelle base va-t-on constituer la nouvelle équipe ? Il aurait d’ailleurs été plus logique de procéder à des changements juste après les élections communales. Et pourquoi on nous a dit, juste après la formation du gouvernement actuel, que c’était la meilleure des équipes qu’on pouvait avoir et que le programme gouvernemental proposait des solutions miracles à tous les problèmes du pays ?
(…) En ce qui concerne le remaniement, il aurait été plus judicieux de lancer au niveau du Parlement, ou au moins au niveau de l’élite politique, une procédure de destitution de l’équipe actuelle en mettant en relief les lacunes qu’elle a enregistrées durant son exercice. Car il est facile aujourd’hui de lancer un changement des responsables sans leur demander de comptes.
(…) A mon sens, il est plus urgent de s’atteler à renforcer la régionalisation et la décentralisation car les vrais problèmes que vit le citoyen aujourd’hui se trouvent au niveau de la ville, de la commune et des services régionaux. Il faut de véritables gouvernements au niveau de chaque région avec un Parlement qui traite les problèmes entravant le développement de la région au lieu d’attendre une solution miracle qui doit venir de Rabat ! Prenons tout simplement les erreurs commises après le séisme d’Al-Hoceima et tout le monde comprendra que nous sommes en train de perdre beaucoup de temps sur ce chantier extrêmement urgent et un jour nous payerons tous le prix, le prix du remaniement d’un gouvernement qui n’a jamais existé.