Réforme de la Constitution, le PJD aussi

Après la Koutla et l’extrême gauche, le PJD se prépare-t-il, à son tour, à présenter un mémorandum pour la réforme de la Constitution ? «Pour l’instant, un débat est en cours. Nous ne savons pas sur quoi il débouchera : un mémorandum à adresser au Souverain, ou des propositions de loi. Après tout, il est possible de modifier des textes qui traitent de la justice ou encore de la deuxième Chambre par de simples amendements», explique Abdelaziz Rebbah, membre du secrétariat général. «L’objectif pour nous est que la réforme de la Constitution ne soit plus un tabou : nous sommes dans une nouvelle ère. Après dix ans de règne de SM Mohammed VI, le Maroc mérite une nouvelle Constitution et des réformes très profondes», ajoute l’ex-dirigeant de la chabiba islamiste, qui insiste : «Nous sommes dans une logique de consensus et de concertation».
«Quand le Souverain appelle à la régionalisation, cela implique automatiquement une réforme de la Constitution. Quand on sait que le projet de loi sur le Conseil économique et social devrait faire son entrée au Parlement durant cette session parlementaire, on sait que la Chambre des conseillers ne peut pas être gardée telle quelle. Les prémices du débat sont donc là, il faut que chaque parti ait des idées toutes prêtes pour le moment où on lui demandera son avis», indique Lahcen Daoudi, deuxième vice-président du parti.