Précision

plutôt qu’il a bénéficié d’un non-lieu dans cette affaire, suivant ordonnance du juge d’instruction depuis le 12 janvier 2004.

Suite à notre article, publié le 26 novembre, sous le titre «Abdelkrim Raghni blanchi par la justice», ce dernier, directeur général du CIH précise qu’il a non pas été «blanchi» mais plutôt qu’il a bénéficié d’un non-lieu dans cette affaire, suivant ordonnance du juge d’instruction depuis le 12 janvier 2004. Par conséquent, il estime n’être plus concerné par ce procès depuis cette date. Dont acte !