Prêche intégriste en direct

les dérives d’un imam sur la TVM

«La mixité au travail et le port du maillot sont haram pour les femmes», «le port de vêtements légers est contraire à l’islam», «les festivals sont des lieux de dépravation et de luxure»… Non, ce n’est pas un idéologue marginal de la Salafiya Jihadia qui s’exprime en ces termes. Non, ce n’est pas Ahmed Raissouni, dirigeant du Mouvement Attawhid wal Islah, qui profère de telles inepties dans sa chronique hebdomadaire dans le quotidien islamiste Attajdid, lu par quelques milliers de personnes. L’auteur de cette vision obscurantiste de la société est le prédicateur (khatib) de la plus grande mosquée du Royaume : la Mosquée Hassan II de Casablanca. Ce discours haineux a été diffusé en direct dans des millions de foyers marocains par la TVM, dans le cadre du prêche du vendredi 25 juin.
Pourtant, le personnage en question n’est pas n’importe qui. Redouane Benchekroun est en l’occurrence le président du Conseil local des ouléma de Casablanca, nommé à ce poste le 30 avril dernier dans le cadre du renouvellement de ces conseils. Un tel dérapage à ce niveau de responsabilité est gravissime ! M. Benchekroun est, en effet, un dignitaire de l’institution religieuse officielle, censée promouvoir les valeurs de la tolérance et de l’ouverture.
Le fait que cet homme ait été nommé à ce poste, il y a deux mois seulement, montre à l’évidence que les critères de sélection ont été défectueux. Ce président de conseil provincial doit être révoqué. Ahmed Taoufiq, ministre des Habous et des Affaires islamiques, est placé devant ses responsabilités. C’est la crédibilité de la politique religieuse de l’Etat qui est en jeu.
Il est enfin pour le moins inquiétant que M. Benchekroun reprenne justement la cabale de M. Raissouni contre les festivals et autres manifestations artistiques

Comment réagira Ahmed Taoufiq, ministre des Habous, à un tel dérapage ?