Portugal Telecom vend ses parts dans Méditel

Il a mandaté Morgan Stanley pour négocier la cession.

Depuis quelques jours, Portugal Telecom (PT), l’un des deux actionnaires de référence (32,2% du capital) du deuxième opérateur GSM au Maroc, a mandaté la banque d’affaires américaine Morgan Stanley pour vendre les 32,2% qu’il détient dans Meditelecom. Une décision sans doute dictée par la conjoncture internationale, mais qui avait été envisagée il y a déjà près de deux ans quand il fut question d’échanges croisés de participations entre l’opérateur portugais et Telefonica, l’autre actionnaire de référence.
Dans tous les cas, la cession devrait d’abord passer le cap du droit de préemption, stipulé par le pacte d’actionnaires. Qui parmi les autres détenteurs de parts pourrait-il se porter acquéreur ? Le mieux placé est Telefonica qui détient la même proportion de capital que PT. Toutefois, son exposition à la crise diminue ses moyens. Au deuxième rang, c’est le groupe Benjelloun qui, à travers Financecom, pourrait constituer un prétendant sérieux. Selon des sources bien informées, cette montée dans le capital de Méditel est envisageable depuis deux ans, mais le groupe marocain semble aujourd’hui hésiter. En 2008, les performances de l’opérateur téléphonique n’ont pas été au rendez-vous. Alors que le parc clients a progressé de 18%, le chiffre d’affaires, lui, s’est accru d’à peine 5%, en raison d’un revenu par utilisateur (ARPU) en baisse de 14%, à 60 DH par mois seulement. Résultat : une marge nette qui tombe à 8,8%. Reste l’autre actionnaire, Holdco, qui, lui, est plus dans une logique de placement financier que d’investissement stratégique et qui se retrouve sans possibilité de dividendes, ni de cession en Bourse, reportée aux calendes grecques. Le résultat de tout cela est que Meditelecom risque bien de se retrouver avec un actionnariat partagé entre Telefonica et un autre opérateur, qui pourrait bien être Orascom.