Plus de 9 milliards de dollars investis par deux sociétés émiraties

des projets touristiques et immobiliers dans quatre villes avec la cdg pour partenaire

Mercredi 29 mars, a eu lieu au Palais royal de Casablanca la signature, sous la présidence du Souverain, de huit conventions d’investissement, portant sur plus de 9 milliards de dollars (près de 90 milliards de DH), entre l’Etat marocain, représenté dans ces projets par la CDG (Caisse de dépôt et de gestion) et deux des plus grands groupes des Emirats Arabes Unies, Dubai Holding et Emaar Properties.

Ces conventions, qui concernent des projets immobiliers et touristiques, couvrent quatre grandes villes à savoir Casablanca (1 milliard de dollars), Rabat (5, 1 milliards), Marrakech (2,4 milliards), et Tanger (0,65 million). Ainsi, Dubai Holdings, qui est déjà engagée dans le projet de l’aménagement de la vallée du Bouregreg, «Amwaj», pour un investissement de 2 milliards de dollars, annonce d’importants projets d’investissement à Casablanca, entre autres le Dubai Towers de Casablanca, un centre d’affaires intégré comprenant un hôtel de luxe, un complexe d’appartements et de résidences, des bureaux, des lieux d’animation… Le montant de l’opération, présentée comme la troisième du genre, après celles de Doha et d’Istanbul, s’élève à 600 millions de dollars. La holding émiratie participe aussi à la réalisation de la marina de Casablanca, avec une enveloppe globale de 500 millions de dollars.

Par ailleurs, Dubai Holding et la CDG ont signé une convention relative à la valorisation de deux sites touristiques à Marrakech. Le premier, à Chrifia, s’étendra sur 140 hectares et le second, sur la route de Ouarzazate, sur un terrain de 600 hectares, avec un investissement global de un milliard de dollars.
De son côté, la société Emaar, qui ouvre des bureaux à Rabat, Tanger et Marrakech, est engagée dans d’importants projets dans ces trois villes.
A Marrakech, outre celui déjà précité, c’est un grand projet touristique qui va être réalisé, toujours en partenariat avec la CDG, sur le site de l’Oukaïmeden, pour un coût de 1,4 milliard de dollars. C’est, affirme-t-on, le premier complexe dans la zone Afrique Moyen-Orient qui offrira aux visiteurs à la fois un parcours de golf et une station de ski.
Emaar investira aussi, selon le terme de la convention signée, 3,1 milliards de dollars dans l’aménagement de la corniche de Rabat, dans un projet baptisé «Saphira», qui s’étalera sur 11 kilomètres de côtes et comprendra 9 quartiers avec boulevards, espaces verts, un tramway électrique, des zones piétonnes et un grand souk ainsi qu’une marina.

Enfin, à Tanger, Emaar s’implique dans la construction d’un complexe touristique et résidentiel luxueux par un investissement de 650 millions de dollars. Ce complexe, «Tinja», situé sur la façade atlantique, à 20 minutes de Tanger, jouxtant la forêt et la marina, et qui sera desservi par l’autoroute, comprendra un ensemble de zones résidentielles et commerciales, soit au total plus de 670 résidences et 600 chambres d’hôtel, de même que plusieurs complexes de loisirs.

A signaler que Emaar est déjà présent au Maroc à travers deux projets annoncés l’année dernière, en partenariat avec l’ONA. Il s’agit du complexe touristique d’Ameklis à Marrakech, d’un coût de 327 millions de dollars, et d’un autre similaire dans la baie de Bahiya sur la côte atlantique pour un investissement de 1,2 milliard de dollars. Pour l’heure, les investissements émiratis se limitent à l’immobilier et au tourisme, mais il n’est pas exclu qu’ils aillent dans l’avenir vers d’autres secteurs d’activité. Le volume total de ces opérations est sans précédent dans l’histoire du pays.

C’est sous la présidence du Souverain que s’est déroulée, le 29 mars, à Casablanca, la signature des 8 conventions d’investissement.