Pétrole : la Chine a bon dos

La consommation des à‰tats-Unis explose.

Les clichés ont la vie dure. Celui d’une Chine qui a fait flamber le cours des matières premières dans le monde s’est imposé ces dernières années et persistera pour longtemps encore… sauf que la réalité est parfois autre. Ainsi, si entre 2002 et 2004 la hausse de la consommation de la Chine en pétrole a été multipliée par trois, atteignant 700 000 barils par jour (b/j), dans le même temps, la croissance de la consommation des Etats-Unis a quintuplé, passant à 515 000 b/j. Certes la consommation de la Chine est de 40% supérieure à celle des Etats-Unis mais, là, c’est l’effet taille qui joue puisque la population du premier (1,28 milliard d’habitants) est supérieure de 357% à celle du second (280 millions d’habitants).

De fait les Etats-Unis sont actuellement les plus gros consommateurs de pétrole par tête d’habitant, avec des besoins qui dépassent les 3 TEP (tonnes équivalent pétrole) par an. En comparaison, l’Europe occidentale, le Japon ou encore l’Australie consomment 2,25 TEP, alors qu’en Afrique et en Asie on en est à 0,75 TEP.

Toujours dans le chapitre de la consommation, on retiendra qu’en 2004 les Etats-Unis ont accaparé près du tiers (30,5%) du pétrole produit dans le monde avec 25 millions de barils chaque jour. Suivis par l’Union européenne (16,7%) avec 13,8 millions de barils et les pays de l’ex-URSS (3,7%) avec 5,8 millions de barils. En comparaison, la Chine importe 3 millions de barils et l’Inde 1,9 million.

Cela dit, le réveil de ces deux géants risque fort de perturber le classement au cours des années à venir. Avec des taux de croissance respectifs de leurs PIB de 10% et 8% par an, la Chine et l’Inde seront forcément énergétivores à l’avenir, donc dépendantes des importations. Raison pour laquelle elles ont récemment passé des contrats d’exploration avec l’Angola et le Nigéria avant de devenir producteurs.