Petites inquiétudes pour les primes d’avancement

Décidément, les salariés du secteur bancaire se souviendront de ce mois de décembre 2003. En plus de l’affaire BCM-Wafabank, les employés et cadres de certaines banques se font du souci pour leur avancement. Dans certains établissements, en effet, la tradition veut qu’au début de novembre, chaque salarié reçoive une fiche à remplir, destinée à sa notation de fin d’année, qui détermine son avancement et l’augmentation de salaire qui va avec. Mais le mois de décembre est déjà bien entamé et les salariés de certaines banques, ne voyant rien venir, commencent à se poser des questions. «Chaque banque a sa procédure et l’augmentation liée à l’avancement ne se fait pas de la même manière ni au même mois pour toutes les banques», explique Farouk Chahir, président de l’Union syndicale interbancaire (USIB), affiliée à l’UMT. Il n’empêche que pour plusieurs banques le rituel a bien lieu en fin d’année et qu’il ne s’est pas concrétisé cette fois-ci. Il serait même question qu’il soit reporté à la fin juin 2004, soit au moins six mois d’avancement perdus.
Certains se demandent si le syndicat n’aurait pas fait une petite concession au GPBM, en contrepartie de l’augmentation de salaire de 525 DH obtenue dans le cadre du protocole d’accord signé en septembre dernier. Le président de l’USIB est catégorique à ce sujet : «Il n’y a jamais eu de concession et le protocole d’accord ne fait aucunement allusion à ce sujet. Les salariés n’ont pas de quoi s’inquiéter, ils recevront comme d’habitude leur dû». A suivre…