Petites frictions entre l’Apebi et la CGEM

L’incident est passé inaperçu, mais il a failli avoir des conséquences sur les relations entre l’Apebi, Association des professionnels de l’informatique et bureautique, et Moulay Hafid Elalamy, nouveau patron de la CGEM. Quelques jours avant la tenue de l’AG élective du patronat, et dans le cadre des réunions préélectorales entamées par M. Elalamy, l’Apebi, à travers son président, Bachir Rachdi, avait exprimé le souhait de bénéficier d’une réunion spécifique à l’association. Elle s’était heurtée à une fin de non-recevoir plutôt cavalière d’un des collaborateurs du futur président.

Choqué par le peu de cas que l’on faisait de l’Apebi, qui s’apprête à signer avec l’Etat un contrat-programme dans le cadre de l’offshoring, le président de l’association a protesté vivement par courrier adressé à M. Elalamy. Des membres de la CGEM rapportent même que l’Apebi aurait menacé de se retirer du syndicat patronal. Il aura fallu que le nouveau président de la CGEM adresse, lundi 10 juillet, un courrier chaleureux pour que tout rentre dans l’ordre. Joint au téléphone par La Vie éco, mercredi 12, Bachir Rachdi, tout en reconnaissant l’échange de courriers entre l’Apebi et la CGEM, a nié l’existence d’un quelconque problème, se bornant à expliquer qu’il a été question du rôle des fédérations au sein du patronat. Même son de cloche du côté de M. Elalamy, qui explique que, faute de temps, il ne lui était tout simplement pas possible de rencontrer toutes les fédérations une à une et qu’une réunion avec l’Apebi est programmée dans les jours qui viennent.