Passeport biométrique ? «blach» !

ce sera directement le e-passeport en 2015

Lors de la dernière assemblée générale d’Interpol, tenue à  Marrakech, début novembre, le Maroc a remis sur la table la problématique de la mise en place du passeport biométrique. Ce dernier, en effet, doit être adopté au plus tard d’ici 2010 par tous les pays comme l’avait institué une directive de l’Organisation de l’aviation civile internationale datant de juillet 2005. Or, le problème, comme l’explique une source au ministère de l’intérieur, est que la même organisation propose qu’en 2015 le passeport biométrique soit à  son tour abandonné pour être remplacé par un passeport à  puce appelé aussi e-passeport. Du coup, les autorités marocaines s’interrogent aujourd’hui sur la nécessité de passer au biométrique, sachant qu’il suppose des investissements lourds, alors qu’il va être bientôt caduc. Le Maroc propose une autre approche qui a été d’ailleurs exprimée lors de la réunion d’Interpol : «Nous passerons directement au passeport à  puce… en 2015». Décryptez : le Maroc fera l’impasse sur le biométrique.

Cela dit, des sources au ministère de l’intérieur assurent qu’il ne s’agit pas là  d’un refus ou d’un retour en arrière et que «le Maroc est décidé à  Å“uvrer dans le sens des normes de sécurité adoptées à  l’échelle mondiale». La preuve, le département s’apprête à  lancer, dans les jours qui viennent, un appel d’offres pour sélectionner un bureau d’études à  qui sera confiée la mission d’éclairer les autorités marocaines sur les expériences d’autres pays en la matière. L’étude a aussi pour objectif d’estimer le coût de l’opération.

Mais avant le passeport biométrique et celui à  puce, il y a le chantier de la carte d’identité biométrique qui n’est toujours pas opérationnel puisque, à  ce jour, encore aucune CIN new wave n’a été délivrée.