Partis : dernière chance avant la fermeture du robinet

Le PPS vient de tenir, en catastrophe, un congrès extraordinaire avec un seul point à  l’ordre du jour: harmoniser ses statuts avec la nouvelle loi sur les partis.

L’USFP, le PAM, le MP et d’autres viennent de faire de même. C’est que, passé ce 23 octobre, le ministère de l’intérieur sera amené à couper les ressources à ceux qui ne se seront pas encore conformés à la loi. Ce sera d’ailleurs l’une des premières décisions fermes et décisives du nouveau ministre de l’intérieur, Mohamed Hassad, à peine installé dans ses nouvelles fonctions. Les partis réfractaires risquent de perdre une dotation annuelle permanente de 500 000 DH ainsi que les frais d’organisation de leurs congrès et de leur campagne électorale pour les élections communales et législatives à venir, et par là, plus de 90% de leurs ressources.