ONA / SNI embellit sa mariée

SNI rachète les parts de Caja de Madrid et Crédit Agricole.

Grosse opération dans la journée du mardi à la Bourse de Casablanca. Deux actionnaires étrangers d’Attijariwafa bank ont cédé leurs participations à la Sni sur le marché de blocs. La banque espagnole Caja de Madrid a vendu les 3,42% en sa possession au prix de 1,75 milliard de DH, tandis que la française, Crédit Agricole SA, se délestait de 1,44% d’Attijariwafa bank à 800 MDH.
Si le deal arrange bien évidemment les affaires du tandem Ona/Sni qui contrôle aujourd’hui 43,51% de la banque, il résulte en réalité d’une opportunité qu’a saisie la Sni.

En effet, confrontés au resserrement du marché des liquidités en Europe et à la nécessité de renforcer leurs fonds propres en vue de se conformer aux futures règles de Bâle III, les établissements financiers ont décidé de se délester de leurs participations minoritaires, jugées non stratégiques. C’est dans ce sens qu’il faut lire le désengagement.

Parallèlement, Ona et Sni qui devraient achever, vers la fin de l’année, le processus d’une fusion annoncée en avril dernier, trouveraient dans cette montée dans le capital l’occasion d’embellir une mariée qui déjà présente des atours flatteurs – résultat net part du groupe de 1,9 milliard de DH (en hausse de 15%) au titre du seul premier semestre 2010- et non pas un objectif de prise de contrôle. Car c’est plutôt le scénario inverse qui devrait avoir lieu à très court terme. En avril dernier, Hassan Bouhemou, président de Sni, dans un entretien accordé à La Vie éco (wwww.lavieeco.com), confirmait la cession à court terme, par l’entité à naître de la fusion Ona-Sni du contrôle de plusieurs filiales du groupe dont Cosumar, Lesieur, l’ensemble Centrale Laitière/Sotherma/Bimo  ainsi qu’Attijariwafa bank. A terme, Ona/Sni ne garderait qu’environ 30% du capital de la banque.