Nouvelles grèves en vue aux Finances

La grève que les fonctionnaires du ministère des Finances ont observée le 8 décembre courant pour protester contre le système d’évaluation décidé par leur ministre n’est finalement que «la goutte qui a fait déborder le vase». C’est en tout cas ce que nous apprend Mohamed Daidaa, secrétaire général du syndicat national des Finances (SNF), affilié à la CDT.

Le syndicat liste un ensemble de points litigieux. D’abord, le droit syndical qui doit être reconnu aux fonctionnaires sédentaires de la douane. Viennent ensuite les inspecteurs-adjoints dont il faut régulariser la situation (le passage direct de l’échelle 8 à 10), les titulaires de licence ou de diplôme équivalent dont on demande l’intégration directe à l’échelle 10 alors qu’actuellement ils sont recrutés aux échelles 5, 4 voire 3. Il y a enfin l’exigence (des syndicats bien sûr) de généraliser la promotion exceptionnelle, «décidée en 2005 pour les seuls services du premier ministre», à tous les fonctionnaires qui remplissent les conditions, et ceci pour les années 2003, 2004 et 2005. «Normalement, la promotion exceptionnelle s’arrête à l’année 2002. Le personnel de la primature en a bénéficié en 2005. Pourquoi pas les autres ?», s’interroge le SG du SNF.
Le syndicat a élaboré son planning annuel de grève : 24 h à la fin de janvier 2006 et 72 heures les 29,30 et 31 mars 2006. «Si bien sûr les revendications ne sont pas satisfaites». Oualalou a ainsi une visibilité des journées chômées