Mourad Belmaà¢chi n’attend plus l’ascenseur

Seconde tentative de Mourad Belmaâchi qui se solde par un échec. Après avoir été candidat à la présidence de la CGEM, en juin dernier, il s’est porté le 15 juillet candidat à la présidence de la fédération des PME. Mais avec 29 voix seulement, il n’a pas pu battre son concurrent du jour, Hammad Kessal, qui en a recueilli 49. Aujourd’hui, M. Belmaâchi est un homme déçu, non pas à cause de son échec mais du fait qu’il n’a pas été soutenu par le bureau de la CGEM.
Contacté par La Vie éco, M. Belmaâchi explique qu’il s’attendait à ce que Hassan Chami lui apporte son soutien. En d’autres termes, suite à son retrait surprise lors des élections présidentielles de la CGEM du 20 juin dernier, en faveur de Hassan Chami, M. Belmaâchi espérait que ce dernier lui renverrait l’ascenseur. Il n’en a rien été. Il accuse des personnes «haut placées» de lui avoir demandé de se retirer en faveur de M. Chami. Mais aujourd’hui, il dit «avoir été manipulé et trompé sur la marchandise». Après son second échec, de nouvelles rumeurs le donnaient candidat à la présidence de la fédération des services. Mourad Belmaâchi dément catégoriquement l’information et reste convaincu qu’on ne veut pas de lui à la CGEM. Quant aux raisons de ce rejet, il dit lui-même ne pas les connaître. En attendant, il promet de ne pas lâcher prise. Un jour, il se décidera peut-être à tout déballer sur ce qui s’est réellement passé lors des élections du 20 juin. Mais ce jour-là, le croira-t-on ?