Mohammed VI au sommet de l’UPM

44 chefs d’etat attendus a paris le 13 juillet

C’est officiel, le Roi Mohammed VI devrait se rendre au sommet constitutif de l’Union pour la méditerranée (UPM), le 13 juillet à Paris. En dépit de quelques réticences, la majorité des 17 chefs d’Etat du sud et de l’Est du bassin méditerranéen -premier ministre israélien compris- a répondu positivement à l’invitation du Président français Nicolas Sarkozy.

Le seul doute qui subsiste concerne la présence du Président libyen, le colonel Mouamar Khaddafi, que des homologues tentent encore de convaincre et celle du Président algérien Abdelaziz Bouteflika, qui, mercredi 2 juillet, réservait toujours sa réponse. Côté européen, ce sont les 27 chefs d’Etat de l’UE qui seront de la partie.

Si la question de la présidence est clarifiée, avec un partage des responsabilités entre France et Egypte (co-présidence) pour une durée de deux ans, la question du secrétariat, elle, n’a pas été tranchée et crée quelques susceptibilités entre pays du Sud de la Méditerranée.

La tâche échoira-t-elle au Maroc ? à l’Egypte ? à l’Algérie ? En coulisses, des tractations intenses ont lieu. Dans tous les cas, et selon des sources bien informées, aucune décision ne sera prise lors du congrès constitutif qui, lui, sera dédié à la définition des orientations politiques de l’Union. Ce sera aux ministres des affaires étrangères de débattre du secrétariat lors d’une rencontre prévue en novembre prochain.

Enfin, et pour montrer que l’UPM c’est bien du concret, plusieurs mesures seront annoncées le 13 juillet. Entre autres, la création d’un fonds de dépollution de la Méditerranée, doté de 2 milliards d’euros, le lancement d’un projet d’autoroute qui longerait toute la côte de la mare nostrum, l’annonce d’un plan d’énergie solaire commun, ou encore la mise en place d’une agence pour la PME.