Meknès : l’intégration prend forme

Les industriels de l’huile d’olive de Meknès passent à la vitesse supérieure. L’approvisionnement de leurs unités a connu de fortes fluctuations ces dernières années et a fini par perturber leurs campagnes d’exportations.
Ils ont donc décidé de se prendre en charge et ont accouché d’un programme intégré qui implique aussi bien les industriels, les agriculteurs, les scientifiques, le ministère de tutelle que le Crédit agricole. Une association regroupant tout ce beau monde a vu le jour récemment : l’Union pour le développement de l’olivier de Meknès.
Le projet couvre plusieurs axes dont la réalisation de blocs homogènes d’oliviers d’au moins 100 hectares afin d’assurer un niveau de récolte satisfaisant et faciliter les opérations de traitement. Les industriels se sont aussi engagés à établir, à partir de la prochaine saison de cueillette, des contrats d’approvisionnement avec les agriculteurs. Ces derniers ne seront plus livrés aux intermédiaires qui rongent leurs marges bénéficiaires mais livreront directement aux opérateurs.
La mise en place de l’agropôle oliviers de Meknès, abrité par l’Ecole nationale d’agriculture de la ville, est la deuxième opération phare de ce programme.
Ce projet est financé à 100 % par le privé marocain. Dans le lot des sponsors, on retrouve, entre autres, les Domaines royaux, le Crédit Agricole, les Conserveries de Meknès-Aïcha, Lesieur, le groupe Belehcen et celui de Bahous (CHCI).