Mehdi Qotbi s’internationalise

il vend les charmes du maroc en italie

On le savait peintre, professeur d’art et surtout ardent lobbyiste en faveur du rapprochement entre le Maroc et la France. On le découvre aujourd’hui VRP pour le Maroc en Europe. Mehdi Qotbi, le président du Cercle d’amitié franco-marocain, entend organiser, en étroite collaboration avec l’ambassade du Maroc à Rome, un voyage de chefs d’entreprises en Italie, les 2 et 3 mai prochain, dans l’objectif de vanter les mérites du renouveau économique du pays.

Comme d’habitude, notre Qotbi national a su mobiliser des têtes d’affiche du capitalisme marocain. On retrouve dans la délégation des patrons de grosses entreprises comme Mustapha Bakkoury (CDG), Abdelmajid Tazlaoui (Samir), Aziz Akhannouch (Akwa), Khalid Oudghiri (Attijariwafa bank), Noureddine Omary (BCP), Mohamed Hassan Bensaleh (Holmarcom), My Hafid Elalamy (CNIA), Tarik Sijelmassi (Crédit Agricole), Ahmed Rahhou (Lesieur-Cristal), le turbulent Hammad Kessal, patron de PME…

Au menu du voyage un programme chargé qu’il faudra boucler en deux jours. Il comprend, entre autres, un déjeuner au siège de Ferrari (les essais sont-ils programmés ?), chez le patron de la CGEM version italienne, Lucas Di Monte Zomolo, et une séance de travail avec le président de la région de Rome, une des plus prospères d’Europe.

Mehdi Qotbi ne compte pas s’arrêter là. Joint au téléphone par La Vie éco, il affirme que cette visite transalpine entre dans le cadre d’un programme destiné à mieux faire connaître les potentialités du Royaume en Europe. Dans quatre mois, ce sera l’Angleterre puis, vers la fin de l’année, l’Allemagne. Un peu trop pour un cercle d’amitié franco-marocain ! «Que nenni, répond l’intéressé, les statuts du cercle élargissent sa mission à toute l’Europe». Ainsi soit-il.

Mehdi Qotbi a su mobiliser des têtes d’affiche du capitalisme marocain pour une tournée italienne.