Méga chantier naval, un projet utopiste ?

Le ministre des Pêches ne le cache pas. Son souhait le plus ardent est de construire un méga chantier naval au Maroc, peut-être même le plus important de la région maghrébine. Il s’en est ouvert à ses collaborateurs et aussi aux téléspectateurs, lors d’un récent passage à la télévision.
Joignant l’action au verbe, il entend convaincre des investisseurs étrangers. C’est ainsi que des contacts ont été entrepris par son département avec des Irlandais, des Belges et des Coréens. En arrière-pensée, l’idée d’un terrain à Agadir pour abriter un chantier d’une capacité de construction de 500 navires de pêche, toutes catégories confondues.
Or, à Agadir, le port de pêche est saturé. D’ailleurs, l’Odep a eu l’occasion de le préciser à des investisseurs belges, venus avec l’intention d’investir. En effet, tout ce qu’ils peuvent obtenir, c’est 1 000 mètres carrés dans le port. Ou, s’ils le désirent, construire le chantier naval à quelques kilomètres du port. Chose impensable. Les Belges ont donc plié bagage.
L’idée d’un méga chantier naval suscite des interrogations parmi les professionnels. Le marché marocain ne peut absorber 500 navires par an. Sur dix ans peut-être, et encore, sachant que la demande devrait régresser avec le problème de la réduction des ressources halieutiques.
Quant à la réparation des navires, l’Espagne continue de se tailler la part du lion, surtout au sein des entreprises de pêche hauturière où la flotte est surdimensionnée et vétuste. La pêche côtière ne fait pas l’affaire non plus. Il reste les barques non autorisées, mais cela c’est une autre histoire