Meditelecom se refait une santé

Telefonica, opérateur historique espagnol et actionnaire de référence de Meditelecom – dont il détient 32% du capital – vient de publier des résultats annuels 2003 en nette progression. Habituellement, dans le commentaire de ses réalisations annuelles détaillées par zone géographique, la firme espagnole est peu prolixe quand il s’agit de sa seule participation sur la rive Sud de la Méditerranée. Cette fois-ci, elle rompt manifestement avec cette pratique. Ainsi on relèvera que Méditelecom a atteint, à fin 2003, un parc de 2,1 millions de clients actifs, ce qui lui permet de s’accaparer 43% du marché du mobile marocain, sur ce segment. Ces réalisations dopent les résultats opérationnels de l’opérateur GSM et confortent le choix des actionnaires ayant crû, en 1999, au business model de Meditelecom. En effet, l’EBITDA (équivalent anglo-saxon de l’excédent brut d’exploitation) a bondi de 173% pour dépasser 1 milliard de DH (94 millions d’euros) et ce grâce à l’amélioration notable du chiffre d’affaires et à la maîtrise des charges d’exploitation.
La conjugaison de cette embellie avec la rationalisation des investissements dégage, pour la première fois dans l’histoire du deuxième opérateur, un cash-flow d’exploitation positif de 350 MDH. En d’autres termes, la société arrive à financer l’investissement par la trésorerie d’exploitation et dégage même un reliquat qui pourra servir à rembourser les prêts.
Les révélations de Telefonica ne vont pas plus loin, mais on devinera que, pour les charges financières, c’est une autre paire de manches. Un état de fait somme toute ordinaire pour les entrants dans le secteur très capitalistique des télécoms où les opulents résultats nets positifs n’émergent qu’après allègement substantiel de l’endettement nécessaire au démarrage. En attendant, les performances réalisées en 2003 augurent d’une marche sereine vers l’équilibre n