Méditel victime de discrimination ?

Il est facile de le remarquer. Aucune administration ou entreprise publique n’est abonnée au réseau Medi Telecom, qui propose, entre autres produits, des services destinés aux entreprises afin d’alléger leur facture téléphonique. Or, avec l’expansion du réseau de l’opérateur GSM privé, le nombre d’appels vers les mobiles Méditel est en croissance continue. Il y aurait tout intérêt donc pour l’Etat de pouvoir s’équiper de ces LoBox qui permettent de réduire les coûts. Cela d’autant que la seule facture de téléphone des administrations est de 800 MDH par an.
Chez Medi Telecom, on affirme que ce n’est pas faute d’avoir essayé et qu’elle s’est retrouvée de facto écartée de la course. L’administration ferait-elle montre de discrimination ? L’explication est plus simple que cela. En fait, elle paie sa facture téléphonique au moyen de vignettes libellées Maroc Telecom qui lui sont allouées en début d’année au titre de son budget téléphonique. Qu’à cela ne tienne, l’opérateur privé a même pu convaincre certaines administrations de se porter acquéreur de ses fameux «LoBox» et d’être payé en vignettes Maroc Telecom. Mal lui en a pris, quand il a présenté lesdites vignettes au paiement. A la Trésorerie générale, on lui a signifié une fin de non recevoir, et il s’est retrouvé avec quelques millions de DH d’impayés sur les bras. Au ministère des Finances, on minimise le problème tout en concédant qu’il s’agit bien d’une entrave à la libre-concurrence. Mais qu’en pense l’ANRT, gendarme des télécoms ?